EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

23/01/2017

Première conférence des présidents houleuse pour Marine Le Pen

Politique

Première conférence des présidents houleuse pour Marine Le Pen

Conférence des présidents du Parlement européen le 29/07 © Parlement européen

La présidente du FN a participé, pour la première fois lundi 29 juin, à la conférence des présidents de groupe du Parlement européen. Un épisode tendu durant lequel le président de la Commission lui a vertement répondu.

Organisée d’urgence lundi 29 juin à propos de la Grèce, la conférence des présidents de groupe du Parlement européen a accueilli à cette occasion un nouveau membre : Marine Le Pen.

>>Lire : Le Front national forme un groupe au Parlement européen

Depuis l’annonce, le 15 juin dernier, de la formation d’un groupe, le Mouvement pour l’Europe des Nations et des Libertés qu’elle préside au Parlement européen, la ténor du parti d’extrême-droite a aussi obtenu une nouvelle tribune en pouvant siéger aux côtés des principaux politiciens européens.

La conférence des présidents dispose en effet de pouvoirs très importants au Parlement européen : elle décide notamment des ordres du jour et du programme de travail de la chambre européenne, ou encore de la formation, ou non, de commissions d’enquêtes parlementaires par exemple.

>>Lire : Le Parlement européen refuse l’ouverture d’une commission d’enquête sur les Luxleaks

Une réunion houleuse

La première participation de l’eurodéputée FN à la réunion s’est déroulée en la présence du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Selon nos informations, l’épisode a été animé. « Il y a eu une véritable passe d’arme » assure une source. Marine Le Pen se serait fendue d’une tirade anti-austérité, en insistant sur le maintien des liquidités aux banques grecques jusqu’au referendum. Un sujet qui est déjà traité par la BCE, qui continue de prêter aux banques grecques tout en refusant de relever le niveau des financements prévus jusqu’alors.

Des propos auxquels Jean-Claude Juncker, convié exceptionnellement à la réunion, aurait répondu de façon cinglante.

Le président de la Commission européenne venait de prononcer un long discours devant les journalistes, se montrant profondément meurtri par la crise et aussi « trahi » par les Grecs.

Un échange houleux que ne reflète pas la synthèse de la conférence des présidents, diffusée quelque temps après la réunion.

Une position commune de façade

« La Conférence des présidents du Parlement européen (le Président du PE et les chefs de file des groupes politiques) a débattu aujourd’hui de la situation actuelle en Grèce avec le Président de la Commission, Jean-Claude Juncker. La Conférence des présidents a ensuite examiné le contexte plus en détail et a adopté une position sur la prochaine étape immédiate qui devrait être franchie.

Elle a appelé toutes les parties prenantes aux négociations sur la Grèce à retourner à la table des négociations avant mardi soir pour débattre de la manière d’éviter une évolution négative pour la Grèce et des moyens possibles pour prolonger le programme comme mesure provisoire, afin de voir aboutir le processus référendaire.

 « Appeler les gens à s’asseoir pour parler c’est une chose, considérer pour autant que Marine Le Pen donne un satisfecit aux propositions en catastrophe de la Commission et de la plupart des groupes politiques qui semblent tous désemparés par contre, c’est non » assure-t-on du côté du Front national.

Contexte

La Conférence des présidents est composée des chefs des groupes politiques, du président du Parlement européen et d’un député non-inscrit (c’est-à-dire qui n’est pas affilié à un groupe politique) qui peut y assister mais pas voter. Les décisions sont prises par consensus ou selon un vote où le poids du vote de chaque président dépend du nombre de députés que contient son groupe politique. Plus il y a de membres, plus le vote a de poids.

La Conférence des présidents décide de l’organisation du travail du Parlement européen et de ses relations avec les autres institutions. Elle est également chargée de l’agenda des sessions plénières et de l’organisation des temps de parole de députés lors des sessions. De plus, elle détermine aussi la composition des commissions parlementaires : combien de députés de chaque groupe politique ou quels sont les sujets sur lesquels la commission se concentrera. Enfin, elle est chargée de donner le feu vert aux commissions concernant les rapports d’initiative, qui sont rédigés par l’initiative et l’intérêt d’un député.

La Conférence des présidents sélectionne également le lauréat du Prix Sakharov sur base des candidats proposés par la commission des affaires étrangères et du développement.