EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

26/09/2016

Le président roumain propose une agence anti-terrorisme européenne

Politique

Le président roumain propose une agence anti-terrorisme européenne

Le président Iohannis Klaus et la chancelière Angela Merkel après leur rencontre.

[Présidence de la Roumanie]

Le président roumain, Klaus Iohannis, s’est joint aux nombreux appels à l’établissement d’une agence anti-terrorisme européenne après une rencontre avec les dirigeants allemand, belge et luxembourgeois. Un article d’EurActiv Roumanie.

L’agence proposée se chargerait des actions des institutions contre le terrorisme et du renforcement de la sécurité en Europe.

« J’ai proposé une mesure tangible — nous verrons comment la mettre en pratique — pour créer une agence européenne pour la lutte contre le terrorisme. C’est une proposition sérieuse qui impliquerait différentes autorités, responsables de prévenir les attaques terroristes et de renforcer la sécurité au sein de l’UE », a expliqué le président roumain après sa visite à Berlin, le 9 septembre.

« Quand nous parlons d’une question fondamentale pour la sécurité nationale comme celle-ci, nous devons prendre en considération deux aspects : la sécurité externe et l’intensification du contrôle des frontières extérieures de l’UE ; et la sécurité interne avec la prévention des actes terroristes. Malheureusement, ces attentats sont trop nombreux », a-t-il ajouté.

>> Lire : La sécurité au cœur des discussions à Bratislava

Le dirigeant de la Roumanie a rencontré la chancelière allemande, Angela Merkel, et les Premiers ministres belge et luxembourgeois en prévision du sommet informel à Bratislava, le 16 septembre.

>> Lire : Juncker nomme un nouveau commissaire britannique à la sécurité

De nombreuses attaques en Europe occidentale ont entraîné une augmentation des demandes pour l’établissement d’une agence de sécurité européenne, plus axée sur le terrorisme qu’Europol, destiné à la lutte contre les fraudes et le crime organisé.

Europol a d’ailleurs été critiqué pour son manque d’autorité exécutive. Une nouvelle autorité aurait sans doute un cadre plus défini pour effectuer des arrestations et des enquêtes.