EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

03/12/2016

Un ex-militaire en tête des présidentielles en Bulgarie

Politique

Un ex-militaire en tête des présidentielles en Bulgarie

Ruman Radev et Iliana Iotova.

Le candidat socialiste à la présidentielle bulgare, Rumen Radev, est sorti vainqueur du premier tour des élections face à sa principale rivale du parti de centre droit au pouvoir.

Rumen Radev, ancien commandant de l’armée de l’air, a remporté 25,67 % des voix lors du premier tour des élections bulgares. Sa principale rivale, Tsetska Tsacheva, présidente du parlement et membre du parti pro-européen de centre droit au pouvoir, GERB, a récolté 22,02 % du scrutin. Les deux candidats s’affronteront donc le 13 novembre lors du deuxième tour.

>> Lire : L’ancien commandant de la force aérienne, candidat aux présidentielles bulgares

Sur les 21 candidats, la troisième place (15,10 %) du premier tour revient au nationaliste Krassimir Karakchanov, qui dirige la coalition de son parti VMRO et du parti Ataka. Il est suivi avec 10,74 % par l’homme d’affaires critique du gouvernement Dimitar Marechki qui a rassemblé un vote de protestation.

Coup dur pour Borissov

Ce résultat est un coup dur pour le Premier ministre, Boyko Borrisov, leader de GERB. Avant le premier tour, il avait en effet déclaré son intention de démissionner si sa candidate, Tsetska Tsacheva, ne remportait pas le premier tour. Il a à présent fait dépendre sa démission du résultat final du scrutin.

« Nous avons encore une semaine, et vu la maigre différence [entre les deux premiers candidats], nous avons bel et bien des chances de l’emporter. Nous tirons des conclusions de ce qu’il s’est passé dans les circonscriptions où nous nous attendions à un résultat différent. Si nous perdons le second tour, je démissionnerai lundi prochain », a-t-il assuré.

Le Premier ministre a averti : en cas d’élections anticipées, l’alternative à son gouvernement serait une coalition entre les socialistes et le parti de la minorité turque, le Mouvement des droits et des libertés. Cette possibilité isolerait le pays au niveau international, affirme-t-il, et se solderait par un gel des financements européens.

Selon certains observateurs, la raison de ces résultats est  cependant le choix de candidate de Boyko Borissov. Tsetska Tsacheva, première femme présidente du parlement, est en effet considérée comme manquant de charisme et incapable de convaincre hors de ses propres rangs.

Rumen Radev a pour sa part asséné que son succès était motivé par le désir de changement au sein de la société bulgare. Il a également exclu toute négociation avec d’autres forces politiques avant le second tour.

Les sondages donnent le candidat socialiste gagnant, puisqu’il devrait récupérer les voix (3,4 %) d’Ivailo Kalfin, candidat d’une petite formation de centre gauche, et de Plamen Oresharski, ancien Premier ministre du Mouvement des droits et libertés (7,1 %), ainsi que celles de certains électeurs de Krassimir Karakachanov.

Rumen Radev a réfuté les allégations selon lesquelles il changerait l’orientation géopolitique du pays. À une question sur l’OTAN, il a notamment rappelé qu’en tant que pilote, il avait « risqué sa vie tous les jours pour l’OTAN ». S’il est élu, il pourrait choisir Iliana Iotova, eurodéputée S&D, comme vice-présidente.

>> Lire aussi : La Bulgarie lorgne le portefeuille de l’écologie à la Commission

Plus d'information