EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

04/12/2016

Les socialistes veulent un nouveau poste européen de haut niveau

Politique

Les socialistes veulent un nouveau poste européen de haut niveau

Le groupe des Socialistes et Démocrates va perdre le poste du Parlement européen avec le départ de Schulz. Il tente néanmoins de récupérer un poste de président des institutions face au Parti populaire européen.

Selon une source européenne, Gianni Pittella, chef de file des Socialistes et Démocrates (S&D) au Parlement européen, discute d’une « stratégie globale » avec les chefs d’État et de gouvernement de centre droit. Les socialistes entendent en effet garder au moins une présidence institutionnelle après le départ de Martin Schulz du Parlement.

>> Lire : Le retrait de Schulz devrait laisser la tête du Parlement européen à la droite

La même source fait remarquer que l’Italien s’est déjà entretenu avec le Premier ministre italien, Matteo Renzi, le président français, François Hollande, le Premier ministre portugais, Antonio Costa, et son homologue grec, Alexis Tsipras.

Son objectif est d’éviter un monopole du PPE [Parti populaire européen] qui laisserait les S&D, majoritaires au niveau gouvernemental, sous-représentés au niveau européen.

Pittella, prochain président du Parlement ?

Cette semaine, les délégations S&D ont demandé à Gianni Pittella de se présenter à la présidence du Parlement. Ce dernier serait disposé à le faire.

« C’est le battant dont nous avons besoin », estime un membre haut-placé du groupe politique, qui ajoute que les socialistes européens sont prêts à se défendre et à lancer une « contrattaque ».

Gianni Pittella organise une conférence de presse le 30 novembre et devrait y éclaircir la position du S&D sur la future présidence du Parlement.

Le PPE peu communicatif

Selon une autre source, tout est à présent possible, notamment le remplacement du président du Conseil, Donald Tusk, par un socialiste.

>> Lire : La grande coalition en passe d’exploser au Parlement européen

Les socialistes « ont Federica Mogherini, ils voulaient ce poste, et ils ont également eu un autre vice-président de la Commission », a indiqué récemment Pedro López de Pablo, responsable presse et communication pour le PPE. « Tout cela était connu et a été négocié au début du mandat. Je ne sais pas pourquoi certains socialistes estiment aujourd’hui ne pas être représentés […] Je suis désolé, mais ce n’est pas vrai. »

La position officielle du PPE n’a cependant pas encore été annoncée.