EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

11/12/2016

Pour Standard&Poor’s, l’UE va droit dans le mur

Politique

Pour Standard&Poor’s, l’UE va droit dans le mur

Le Berlaymont, à Bruxelles.

[European Commission]

La célèbre agence de notation Standard & Poor’s (S&P) a averti que la construction européenne actuelle est « intenable » à long terme et doit être réformée de fond en comble.

Dans un rapport publié le lundi 25 juillet, l’agence de notation S&P rejoint les rangs des nombreuses personnalités appelant à un changement de fonds de l’UE.

« Le problème est le suivant : l’UE, telle qu’elle est construite et fonctionne actuellement, ne représente pas un ‘rassemblement’ cohérent des différentes dimensions de la souveraineté des États, et n’est donc pas durable », juge S&P.

« Les politiques électorales des 28 États sont trop variées, il y a trop d’événements d’apparence aléatoire qui pourraient pousser les développements économiques ou politiques dans une direction ou une autre, avec des conséquences et une chronologie impossibles à prédire », estiment les analystes.

Couper court aux incertitudes

Une réponse claire doit couper court aux incertitudes liées à l’avenir de l’Europe et rendre l’UE plus proche de ses citoyens, surtout après la décision du peuple britannique de quitter l’union, le 23 juin dernier. « Le Brexit peut être compris comme une simple manifestation de cette incohérence latente » de l’UE, assure S&P.

Le 27 juin, trois jours après le référendum du Brexit, l’agence de notation a retiré au Royaume-Uni sa note maximale de AAA. Paul Sheard, économiste en chef chez S&P, estime que ce référendum devrait être « une sonnette d’alarme pour le reste de l’UE ». Selon lui, l’UE doit apporter au Brexit une « réponse qui appelle à une grande lucidité et à un grand sens politique ».

>> Lire : Joschka Fischer : «Après la tempête du Brexit, il faut stabiliser la zone euro»

Selon les analystes, l’Europe a un choix à faire. Soit elle obtient davantage de souveraineté et développe une union politique plus étroite et cohérente. Soit les États membres récupèrent leur souveraineté sur certains domaines et font de l’UE une « fédération politique et économique plus libre ».

« Pour l’Europe, il est temps d’être ambitieux et de créer une convention constitutionnelle », assure Paul Sheard, afin de « faire des recommandations pour l’avenir de l’Europe et d’ébaucher les modifications du traité nécessaires. »