La prévention, étape cruciale des politiques de sécurité

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV.com PLC.

201606 MJ NIEDERSACHSEN-BRAUERS-26124 [Sven Brauers]

« Penser globalement, agir localement ». Destiné à l’origine à souligner l’impact des politiques environnementales, le slogan s’applique aux approches de prévention dans le domaine de la sécurité.

Antje Niewisch-Lennartz est ministre de la Justice de Basse Saxe, un État du nord-ouest de l’Allemagne, sur la côte de la mer du Nord.

Depuis les attentats du 11 septembre, on voit combien il est important de penser globalement non seulement l’écologie et le commerce mais aussi que les peuples et les économies doivent fonctionner et circuler de façon globale. Les idées, les idéologies et les conflits qui naissent dans certaines parties du monde s’étendent à une vitesse sans précédent à d’autres régions. Si la communication en temps réel sur le web produit de nombreux résultats positifs, les sociétés – notamment en Europe centrale – doivent aussi faire face à de nouveaux défis que l’on considérait il y a seulement dix ou vingt ans comme étant du seul ressort de régions éloignées.

Ceci est particulièrement vrai à propos du phénomène du terrorisme islamiste international. Bien qu’il trouve largement son origine dans les régions majoritairement musulmanes d’Asie occidentale et d’Afrique du nord, entre autres dans sa forme de djihadisme violent, il s’est de longue date étendu à d’autres parties du monde, notamment l’Europe et l’Allemagne.

S’il demeure indispensable de comprendre ses causes et de le combattre dans les pays dont il est originaire, notamment en renforçant la société civile, en exigeant le respect des droits de l’homme et en mettant en place des politiques de coopération en matière d’affaires étrangères et de sécurité, il est tout aussi important de trouver des réponses adéquates aux défis posés par le terrorisme islamiste et l’idéologie qui le sous-tend, ici en Europe. Dans ce domaine, la prévention joue un rôle essentiel en complément des mesures répressives.

La lutte contre le terrorisme passe aussi par Internet

Twitter a fermé 360 000 comptes pour menace ou apologie d’actes terroristes depuis mi-2015. En Europe, Europol surveille de nombreuses plate-formes.

Comme son nom le suggère, la prévention a pour but de prévenir les crimes et leurs conséquences en amont, plutôt que d’attendre, comme on dit en Allemagne, que « l’enfant soit tombé dans le puits », tel que formulé au XVIIIe siècle par le savant italien Cesare Beccaria (1739-1794). Comment ? Cela signifie tout d’abord poser les bonnes questions : quelles sont les causes sous-jacentes du phénomène et suffisent-elles à l’expliquer ? Quelles mesures peuvent et doivent être prises pour effectivement contrer ces causes ? En termes de prévention, quels sont les facteurs de risque et de protection contribuant, ou non, à l’occurrence d’un comportement ou d’un phénomène spécifique ?

C’est là que le slogan « penser globalement, agir localement » peut nous servir. Dans le contexte du radicalisme islamique, on peut le comprendre à la fois comme une mise en garde et un appel. Il nous alerte au fait que même si les troubles en Asie occidentale et en Afrique du Nord ont des répercussions locales en Europe, nous ne pouvons résoudre ces problèmes uniquement au niveau local. Il nous appelle aussi à agir localement car nous pouvons influencer le degré auquel un phénomène mondial comme le radicalisme influence nos politiques locales.

Laissons-nous les extrémistes (qu’ils soient islamistes ou d’extrême-droite), qui veulent nous faire croire que les personnes d’origine culturelle, religieuse ou avec d’autres marqueurs d’identité ne peuvent et ne doivent pas vivre ensemble, semer la confusion et la division parmi nous ? Ou bien choisissons-nous des réponses fondées sur les libertés, la démocratie et la conviction que vivre « l’unité dans la diversité » (Gottfried Wilhelm Leibniz, 1646 -1716) est possible et désirable ?

La discipline et la sanction font partie du répertoire légitime de toute démocratie solide. Cependant, la force d’une démocratie solide tient aussi à sa capacité à démontrer que la liberté, l’égalité, la solidarité et la sécurité ne s’excluent pas mutuellement mais sont au contraire interdépendantes. Qu’est-ce que cela signifie  pour la prévention et son importance dans les politiques de sécurité ?

En Basse-Saxe, nous avons choisi de réunir les compétences de différents services politiques, de les coordonner le plus  possible et de les élargir quand nécessaire. En tant que ministre de la Justice de l’État de Basse-Saxe, je suis responsable de l’élaboration de mesures de déradicalisation pour les radicaux islamistes détenus dans notre système carcéral. De plus, et les mots « agir localement » s’appliquent ici, le Conseil de Prévention de Basse-Saxe (LPR), qui fait partie du ministère de la Justice du Land, soutient la création de réseaux locaux destinés à prévenir autant la radicalisation islamiste que l’islamophobie. L’un de leurs objectifs est de s’appuyer sur et de renforcer les ressources existantes. Notamment, ils encouragent la participation des jeunes et renforcent la résilience des familles, des groupes d’amis et d’autres proches d’individus identifiés comme étant en voie de radicalisation.

Bien que la radicalisation soit un phénomène global, elle naît et se développe localement. Par conséquent, la prévention doit prendre en compte les interactions globales tout en se centrant sur des stratégies et des approches locales. Une telle démarche peut servir de modèle à l’élaboration de réponses démocratiques aux idéologies de la terreur et répondre aux besoins de sécurité des populations au-delà des limites locales et des frontières nationales.

Le Forum européen pour la sécurité urbaine (Efus), qui œuvre depuis 30 ans, défend une approche équilibrée de la sécurité qui associe prévention, sanction et cohésion sociale. À l’échelle européenne, c’est un acteur important dans le développement et la coordination de stratégies locales de prévention. Le Conseil de  prévention de la délinquance de l’État de Basse-Saxe est membre de longue date de l’Efus – son directeur exécutif, Erich Marks, est vice-président et trésorier de l’Efus depuis 2010 – et contribue régulièrement à des projets européens de coopération sur la radicalisation et de nombreuses autres thématiques de sécurité.

Je félicite l’Efus pour le travail qu’il mène depuis 30 ans pour promouvoir une approche équilibrée de la sécurité urbaine, qui repose en grande partie sur la coproduction, c’est-à-dire la coopération entre tous les acteurs impliqués ainsi que la société civile et ne doute pas que les membres et invités de l’Efus auront des discussions fructueuses lors de la conférence du 30e anniversaire, « Sécurité, Démocratie et Villes : coproduire les politiques de sécurité urbaine », les 15-17 novembre à Barcelone.

Estrosi veut que l'UE aide les communes à se protéger «contre le terrorisme»

Le maire de Nice Christian Estrosi a proposé vendredi la création d’un « fonds » européen pour les communes qui luttent « contre le terrorisme », au lendemain des attaques à la voiture bélier à Barcelone et Cambrils.