Bonnet d’âne à l’Allemagne et au Royaume-Uni pour les émissions du transport

Depuis 2007, les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports diminue chaque année. [tommy japan/Flickr]

Les transports européens sont de plus en plus respectueux de l’environnement. Les camions allemands et britanniques apportent toutefois une ombre au tableau.

Dans l’UE, le nombre d’immatriculations de camions et camionnettes a augmenté de 18 % en 2014, ce qui représente 1,4 millions de véhicules supplémentaires sur les routes. En termes d’énergie, ces véhicules sont en moyenne 2,4 % plus efficaces qu’en 2013 et émettent 4 grammes de CO2 de moins au kilomètre.

Un camion immatriculé en 2014 émet en moyenne 169,2 gammes de CO2 par kilomètre, soit 6 grammes de moins que la quantité prévue par les objectifs de l’UE pour 2017.

Ces bons résultats généraux ne s’appliquent cependant pas à tous les États membres. L’Allemagne et la Grande-Bretagne ont à elles seules concentré 36 % des ventes de camions et camionnettes en 2014, or les acheteurs y ont préféré des modèles aux émissions de CO2 dépassant de loin les objectifs européens pour 2017. En moyenne, ces véhicules y consomment en effet respectivement 190,4 et 181 grammes de CO2 au kilomètre.

En règle générale, le taux d’émissions des nouveaux véhicules est plus bas dans les États ayant rejoint l’UE avant 2004. Les modèles les moins polluants sont cependant vendus au Portugal (145,1 g de CO2/km), à Malte (145,7 g/km) et en Bulgarie (148,6 g/km). À l’inverse, c’est en Slovaquie (193,3 g/km) et en République tchèque (191,1 g/km) que sont vendus les camions et camionnettes émettant le plus de gaz à effet de serre.

Responsable de pres d’un quart des émissions de gaz à effet de serre, le secteur des transports est le deuxième plus polluant en Europe, après le secteur de l’énergie. Plus de 70 % des émissions de CO2 du secteur proviennent du transport routier.

Depuis 1990, les émissions de gaz à effet de serre ont chuté dans tous les secteurs, sauf celui des transports, où elles ont continué d’augmenter jusqu’en 2007. Des améliorations liées à l’efficacité énergétique des moyens de transport ont contribué à inverser cette tendance, mais l’UE devra prendre des mesures drastiques si elle souhaite atteindre ses objectifs pour 2050, qui prévoient une réduction des émissions de 60 % par rapport aux niveaux de 1990. Reportée aux niveaux de 2012, la réduction doit atteindre les 67 %.

Dans une enquête récente, la Banque mondiale a conclu que l’Europe pourrait éliminer son empreinte carbone d’ici 2100 si elle prend des mesures adéquates. Celles-ci incluraient l’électrification à grande échelle du secteur des transports et la décarbonisation de la production électrique.

La grande majorité (97 %) des camions et camionnettes vendus en 2014 ont des moteurs au diesel, alors que seul 0,5 % sont électriques.

>> Lire : La Banque mondiale plaide pour des objectifs de long terme à la COP 21

Contexte

Les secteurs de l’énergie et des transports sont les deux secteurs les plus polluants dans l’UE.

À lui seul, le transport routier est responsable d’environ un cinquième des émissions de CO2 de l’UE.

C’est en 2007 que le secteur des transports a le plus pollué. En 2011, l’UE a décidé de réduire de 60 % les émissions de gaz à effet de serre du secteur comparé aux niveaux de 1990.

Plus d'information

Agence européenne pour l'environnement

Commission européenne