EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/09/2016

Cameron arrache un accord sur l’adhésion du Royaume-Uni

Royaume-Uni en Europe

Cameron arrache un accord sur l’adhésion du Royaume-Uni

David Cameron ldonne une conférence de presse à l'issue du sommet.

[Henriette Jacobsen]

Le Premier ministre britannique fera campagne pour que le Royaume-Uni reste dans l’UE après s’être finalement accordé avec ses 27 homologues le soir du 19 février.

Après deux jours de négociations difficiles à Bruxelles, les 28 se sont accordés sur les concessions à faire pour garder le Royaume-Uni dans l’Union européenne.

David Cameron avait demandé un mécanisme de « frein d’urgence » de 13 ans, afin de limiter les prestations sociales perçues par les travailleurs européens en Grande-Bretagne et leurs enfants. Il a finalement accepté de limiter le mécanisme à sept ans, après deux jours d’âpres négociations, notamment avec les pays du groupe de Visegrád, qui souhaitaient le limiter à cinq ans.

>> Lire : Cameron veut exclure les Européens de l’aide sociale pour 13 ans

Le Premier ministre britannique voulait aussi supprimer entièrement les allocations familiales pour des enfants ne vivant pas au Royaume-Uni. Il a été décidé que ces allocations seraient maintenues, mais adaptées au coût de la vie dans le pays où ils se trouvent. Cette mesure pourra être adoptée par tous les États membres et prendra effet en 2020.

Satisfait de l’accord, David Cameron a assuré qu’il mènerait campagne « de tout son cœur et de toute son âme » pour que le Royaume-Uni reste dans l’union. Lors d’une conférence de presse, il a également souligné que l’accord incluait des garanties pour la City, la place financière de Londres, et pour la souveraineté britannique. Ces mesures seront intégrées aux traités européens lors de leur prochaine modification.

En plus d’une exemption à la clause d’union toujours plus intégrée, David Cameron a obtenu que les pays ne faisant pas partie de la zone euro puissent influencer les mesures prises par l’Eurogroupe et se soustraire aux sauvetages des économies de la monnaie unique.

Référendum sur l’Europe

« Nous n’adopterons jamais l’euro, nous ne participerons jamais au renflouement de la zone euro, ne ferons jamais partie de la zone sans frontières [Schengen], d’une armée européenne ou d’un super-État européen », a-t-il assuré. Le Premier ministre espère que ces victoires à Bruxelles convaincront les Britanniques.

L’an dernier, David Cameron a en effet été réélu sur sa promesse d’organiser un référendum sur l’appartenance du pays à l’UE. Le 20 février, il rencontre les membres de son Cabinet à Londres et devrait annoncer la date du référendum. C’est la première fois que le Cabinet se réunit un samedi depuis la guerre des Malouines

« Le Royaume-Uni a toujours eu un statut spécial et spécifique au sein de l’UE », a pour sa part déclaré Jean-Claude Juncker, le président de la Commission. « L’accord de ce soir [19 février] souligne cette spécificité. »

Principaux écueils

Donald Tusk a confié aux journalistes que les négociations avaient été rudes, mais se dit satisfait. « L’important, c’est que les dirigeants n’ont pas baissé les bras », a-t-il affirmé.

La proposition d’accord sur laquelle les négociations ont débuté le 18 février n’était pas du goût de David Cameron, qui a assuré que l’accepter serait pour lui un « suicide ». Il est donc parvenu à renforcer certaines mesures.

Les représentants danois sont également contents de l’issue des négociations. En arrivant au sommet, le Premier ministre, Lars Løkke Rasmussen, avait annoncé que sa priorité serait d’assurer que tous les États membres puissent appliquer l’indexation des allocations familiales pour les enfants vivant à l’étranger, ce qu’il a obtenu.

Il a toutefois fallu repousser à 2020 la mise en œuvre de cette mesure pour convaincre les pays du groupe de Visegrád, la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie.

« Nous avons enfin un accord sur le Brexit. Un accord positif pour le Royaume-Uni et pour l’UE. Le Danemark s’est battu pour l’indexation des allocations familiales dans tous les États membres. Une victoire après des années de lutte », a tweeté , Lars Løkke Rasmussen à la fin du sommet.

>> Lire notre couverture en direct du sommet : Brexit or no Brexit

Contexte

David Cameron, le Premier ministre britannique, a promis de renégocier les conditions d’adhésion du pays à l’UE. Suite à l’accord obtenu au sommet des 18 et 19 février, les Britanniques se prononceront sur la question lors d’un référendum, dont la date devrait être annoncée dans les prochains jours.

David Cameron souhaitait surtout limiter l’immigration européenne vers le Royaume-Uni, en supprimant certaines prestations sociales, garantir la protection des intérêts économiques et financiers du pays et s’exempter de la clause d’intégration toujours plus profonde prévue par les Traités européens.

Si les autres États membres n’ont pas voulu compromettre certains principes fondamentaux, comme la libre circulation, les 28 sont parvenus à un accord dans la soirée du 19 février, après deux jours de négociations difficiles.

Satisfait, le Premier ministre britannique fera donc campagne pour que le pays reste dans l’UE, mais a autorisé ses ministres à se positionner à leur guise.

>> Lire : Cameron laisse ses ministres se positionner à leur guise sur le Brexit