EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

27/09/2016

Farage accuse une «cinquième colonne» d’avoir attaqué Charlie Hebdo

Royaume-Uni en Europe

Farage accuse une «cinquième colonne» d’avoir attaqué Charlie Hebdo

L'attentat visant Charlie Hebdo a choqué l'Europe et le monde.

[H.KoPP/Flickr]

L’attaque de Charlie Hebdo est une conséquence du « multiculturalisme » et de l’« immigration incontrôlée » en Europe, selon Nigel Farage, le dirigeant du pari anti-européen UKIP.

Lors d’un entretien avec Fox News le 8 janvier, Nigel Farage a affirmé qu’une « cinquième colonne » était à l’œuvre dans bon nombre de pays européens. Cette expression date de la guerre civile espagnole et désigne un groupe de saboteurs opérant au sein d’une société, ou d’une ville assiégée, qu’ils tentent de déstabiliser de l’intérieur afin d’aider un ennemi externe.

« Il faut être tout à fait franc et honnête à ce sujet. Dans nombre de pays européens […] nous comptons désormais une cinquième colonne parmi nous […] Ces personnes, heureusement peu nombreuses, essaient de détruire notre civilisation tout entière et notre façon de vivre »,  a déclaré le chef de file de UKIP au micro de la chaîne américaine.

//www.youtube.com/embed/lUOKyd98fkk

Le soir du 7 janvier, il avait déjà exprimé ce point de vue sur Channel 4. « Ces personnes vivant dans ces pays [européens], possèdent nos passeports, alors qu’elles nous haïssent. »

Des commentaires critiqués par le premier ministre, David Cameron, et d’autres hommes politiques britanniques. Dix journalistes et deux policiers ont été tués lors de l’attaque de l’hebdomadaire Charlie Hebdo, qui publiait des caricatures du prophète Mahomet, entre autres.

« Les événements tragiques qui ont eu lieu hier à Paris sont encore très récents et bien présents dans les esprits. Certaines victimes se battent toujours pour rester en vie. Ce n’est pas le moment de présenter des arguments ou des commentaires politiques », a réagi David Cameron le 8 janvier, depuis Manchester.

>> Lire : La presse internationale pleure Charlie Hebdo

« En tant que pays européens, nous partageons des valeurs qui ont sans doute contribué à notre succès […] ces valeurs sont par exemple la liberté d’expression, le droit d’être en désaccord, le droit de vivre dans un État de droit, dans une société tolérante, avec une démocratie forte. Ce sont ces arguments-là qu’il faut mettre en avant aujourd’hui. », a-t-il déclaré.

La ministre de l’intérieur, la conservatrice  Theresa May, a estimé qu’il était « irresponsable de parler d’une cinquième colonne ».

Au micro de LBC Radio, Nick Clegg, vice-premier ministre libéral-démocrate, s’est dit « effaré » par les commentaires de Nigel Farage.

« Laisser entendre que les musulmans, qui sont de fervents Britanniques, tout en étant fier de leur foi, constituent le problème, et non la solution, c’est être complètement à côté de la plaque », a-t-il martelé.

//www.youtube.com/embed/5vrPK0zNPAg

Immigration

Sur Channel 4, Nigel Farage a appelé de ses vœux une « vérification complète de quiconque » immigre au Royaume-Uni dans le cadre d’une « politique d’immigration contrôlée ».

Quand le présentateur Jon Snow lui a demandé si les Européens devaient se serrer les coudes dans des moments comme ceux-ci, Nigel Farage a répondu par la négative.

« Cela ne veut pas dire que nous devons faire partie d’une union politique. Oui, nous partageons certaines valeurs culturelles […], mais cela ne signifie pas que nous devrions former un État », défend-il.

//www.youtube.com/embed/0KT87DVhwAE

L’immigration est un sujet brûlant de la campagne électorale britannique en cours, qui devrait déterminer les relations entre le Royaume-Uni et l’UE.

David Cameron, qui veut limiter l’immigration au sein de l’UE, entre autres réformes, a promis aux électeurs d’organiser un référendum sur l’appartenance du pays à l’Union si le parti conservateur était réélu.

Le 7 janvier, il a rencontré la chancelière allemande, Angela Merkel, à Londres. Les mesures imaginées par David Cameron en ce qui concerne l’immigration sont contraires à la liberté de circulation garantie par le traité européen.

>> Lire : Cameron cherche le soutien de Merkel pour réformer l’UE

Le premier ministre britannique a déclaré qu’il ferait campagne en faveur de l’UE à condition que ses réformes soient mises en place dans l’UE. Angela Merkel a quant à elle déjà prévenu qu’elle était prête à accepter certaines exigences britanniques, mais pas toutes.

Après la victoire de UKIP lors des dernières élections européennes, David Cameron a été contraint d’adopter une attitude plus critique vis-à-vis de l’Europe et de l’immigration. Depuis, les conservateurs ont été battus par des membres de UKIP, qui milite pour une sortie de l’UE, lors de deux élections partielles.

>> Lire : Défaite des conservateurs face aux antieuropéens aux élections partielles

Tweet de Nigel Farage, le 7 janvier : « M. Cameron a fait d’importantes déclarations le mois dernier, mais il suffit qu’il passe 48 heures avec Mme Merkel pour qu’il promette de rouvrir le Royaume-Uni à l’immigration. »

Selon le Daily Telegraph, l’autorité britannique de surveillance des médias, Ofcom, a décidé que UKIP devait entrer dans la catégorie des « partis principaux » dans la couverture de la campagne électorale. Le parti anti-européen obtient ainsi pour la première fois un temps d’antenne garanti dans les émissions radio ou télévisées présentant deux partis durant la campagne.

Cela met UKIP au même niveau que les autres partis nationaux et inaugure une ère politique dominée par quatre partis au Royaume-Uni, expliquait le journal.

Cette décision poussera aussi les chaînes principales à accorder une place à Nigel Farage dans les débats télévisés aux côtés des dirigeants des principaux partis. L’an dernier, le chef de file des anti-européens était déjà apparu meilleur que Nick Clegg lors d’un débat devenu célèbre sur l’UE.

Multiculturalisme

Pour Nigel Farage, qui a été élu eurodéputé et dirige le groupe parlementaire Europe libertés démocratie directe (ELDD), la plus grande erreur des gouvernements de l’UE avait été de promouvoir le multiculturalisme.

>> Lire : La Commission sereine face aux positions de Cameron sur l’immigration

« Nous avons dit à un grand nombre de personnes : ‘peu importe vos origines, vous pouvez vous installer ici. S’il vous plait, ne prenez pas la peine d’apprendre notre langue, ou de vous intégrer d’une façon ou d’une autre. Vous pouvez envahir des quartiers entiers de nos villes et nous dirons que cela fait de nous une belle nation pleine de diversité, a-t-il expliqué.

« Nos pays ont des cultures et des constitutions chrétiennes, il est grand temps que nous commencions à les défendre. »

« Cela ne signifie pas que la grande majorité des musulmans qui habitent en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne ou en Amérique ne sont pas des êtres humains bons, pacifiques et respectueux des lois », a-t-il ajouté.

Nigel Farage estime que le profilage des membres des communautés musulmanes ne sera plus aussi controversé après l’attentat de Paris. Selon lui, les années à venir seront marquées par le terrorisme en Europe.

Les dirigeants européens ont condamné l’attaque du Charlie Hebdo. Le Parlement, la Commission et le Conseil ont tous trois organisé une minute de silence à midi le 8 janvier, en hommage aux victimes.

>> Lire : Controverse autour des affiches du parti britannique UKIP

//www.youtube.com/embed/sZAsVElIT5A

Contexte

Le premier ministre britannique, David Cameron, a promis d'organiser un référendum sur l'appartenance du pays à l'UE s'il remporte les élections de cette année.

Le très eurosceptique Parti pour l'indépendance britannique (UKIP) est le parti qui a remporté le plus de voix au Royaume-Uni lors des élections européennes. Le parti eurosceptique compte profiter de ce succès et faire pression sur le premier ministre David Cameron avant les élections législatives de mai 2015.

Le 7 janvier, l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo a été la cible de l'attaque terroriste la plus meurtrière en France depuis l'attentat du RER B à Saint-Michel en 1995.

>> Lire : La presse internationale pleure Charlie Hebdo

Prochaines étapes

  • Mai : élections législatives au Royaume-Uni.
  • 2017 : Date prévue pour le référendum sur l'appartenance à l'UE.