EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

24/01/2017

Le Premier ministre danois craint la «bombe» du Brexit

Royaume-Uni en Europe

Le Premier ministre danois craint la «bombe» du Brexit

Lars Løkke Rasmussen, 27 mai 2015

[Venstre/Flickr]

Lars Løkke Rasmussen, Premier ministre danois, veut avancer la date du référendum sur l’abandon de la clause d’exemption de la politique européenne en matière de justice.

Le Premier ministre libéral élu en juin dernier veut avancer le référendum prévu sur la coopération du Danemark avec les autres pays de l’UE en matière judiciaire. Il pourrait être organisé dès le mois de novembre.

Pour le journal Politiken, si Lars Løkke Rasmussen a décidé d’avancer la date du référendum c’est pour que les électeurs danois ne soient pas influencés par les réformes demandées par David Cameron, le Premier ministre britannique, ou par le référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE, qui devrait avoir lieu en 2016. En effet, Lars Løkke Rasmussen espère que le « oui » sera majoritaire lors du référendum danois.

Si David Cameron obtient les réformes qu’il réclame, alors il fera campagne pour que le Royaume-Uni reste dans l’Union. S’il ne les obtient pas, les Tories seront pour une sortie de l’UE. Cette décision pourrait avoir de lourdes conséquences sur le commerce, l’investissement et la position du Royaume-Uni sur la scène internationale.

Depuis 1993, le Danemark a obtenu quatre clauses d’exemption, dont une au pilier justice de l’UE. Toutefois, craignant que le Danemark ne soit forcé de quitter Europol, dont il est membre depuis 17 ans, une majorité du parlement danois, à droite et à gauche, a proposé de passer à une participation sélective, semblable à celles du Royaume-Uni et de l’Irlande.

>> Lire : Copenhague reconsidère son exemption sur la justice et les affaires intérieures

Selon Politiken, puisque les demandes de réforme de David Cameron seront traitées lors du sommet européen des 17 et 18 décembre, et que Lars Løkke Rasmussen espère que des fuites du document circuleront un peu avant le sommet, le référendum danois aura sans doute lieu fin novembre.

Moins eurosceptique que prévu

Le nouveau gouvernement danois, élu en juin, s’est jusqu’à présent révélé moins eurosceptique que prévu. Comptant sur le soutien de l’extrême droit, le Parti du peuple danois, des analystes pensaient donc que le gouvernement danois changerait sa politique pro-européenne.

Le Parti du peuple danois souhaite qu’à l’avenir, le Danemark organise moins de référendums européens, de peur que le pays ne se rapproche du cœur de l’UE. Le parti eurosceptique réclame également un contrôle aux frontières, ce qui enfreint l’accord de Schengen. Enfin, il souhaite que le Danemark participe activement aux négociations concernant les demandes de réforme britanniques pour empêcher les citoyens européens d’accéder aux aides sociales dans un pays qui n’est pas le leur.

>> Lire : Le Danemark déconseille les clauses d’exemption au Royaume-Uni

Lars Løkke Rasmussen s’est toutefois opposé à ces demandes. Il a par ailleurs déclaré qu’il organiserait probablement un autre référendum pour se débarrasser de la clause d’exemption au pilier défense de l’UE. Quant au ministre danois des Affaires étrangères, Kristian Jensen, il a accepté de mettre en place un contrôle aux frontières, mais dans le respect des règles de Schengen.

Enfin, le Parti du peuple danois a reproché au Premier ministre de ne pas avoir mentionné les négociations britanniques depuis son élection. « C’est décevant », a estimé Søren Espersen, un député du parti, sur la chaine télévisée DR. « Cela va à l’encontre des choses qui ont été dites durant la campagne électorale, c’est-à-dire que le gouvernement suivrait les négociations britanniques », a-t-il insisté.

Contexte

Une alliance de partis de droite a remporté les élections générales danoises du 18 juin, marquées par la percée spectaculaire du Parti populaire danois d’extrême droite, devenu la deuxième force politique du pays.

L’alliance, composée des Libéraux, de l’Alliance libérale, des conservateurs et du Parti populaire danois, a obtenu les 90 sièges nécessaires pour représenter la majorité au parlement danois.

Prochaines étapes

  • Novembre 2015 : date éventuelle du référendum sur la clause d’exemption du Danemark au pilier justice de l’UE.
  • 17-18 décembre : sommet européen pour examiner les propositions de réforme britanniques
  • 2016 : date éventuelle pour le référendum britannique sur l’appartenance à l’UE