Le référendum sur le « Brexit » pourrait se tenir en juin 2016

David Cameron

David Cameron a promis aux Britanniques la tenue d'un référendum sur l'appartenance du pays à l'UE d'ici la fin de 2017. [Number 10/Flickr]

Le premier ministre britannique David Cameron a l’intention de fixer à juin 2016 le référendum qu’il s’est engagé à convoquer sur l’appartenance de la Grande-Bretagne à l’Union européenne, selon le journal Independent on Sunday.

Le choix des Britanniques sur leur avenir au sein de l’Union européenne pourrait se profiler plus rapidement que prévu. Se référant à une source anonyme, le journal écrit: « L’Independent on Sunday a appris que M. Cameron a décidé de fixer (le référendum) en juin de l’année prochaine ».

Une porte-parole de Downing Street, les services du premier ministre, a refusé de commenter l’article de l’Independent.

Annonce possible en octobre

Le journal assure que le chef du gouvernement compte annoncer la date du référendum pendant la conférence annuelle de son Parti conservateur en octobre.

>>Lire : Cameron veut avancer la date du référendum sur l’UE

Il n’a pas été possible d’obtenir immédiatement une réaction du Parti conservateur.

M. Cameron a promis aux Britanniques de renégocier les termes de l’appartenance de la Grande-Bretagne à l’UE avant de convoquer un référendum sur le sujet d’ici la fin de 2017.

Fin 2017

L’article de l’Independent sort alors que le ministre britannique des Finances George Osborne commence une visite à Paris pour tenter d’obtenir un soutien français aux propositions de réformes de l’UE avancées par Londres.

Le gouvernement conservateur de M. Cameron a annoncé qu’il ferait campagne pour la poursuite de l’appartenance de la Grande-Bretagne à l’Union européenne, mais il réclame des réformes portant notamment sur la capacité des citoyens d’autres pays de l’UE à obtenir des aides sociales en Grande-Bretagne, sur des pouvoirs accrus de Londres et sur la possibilité de s’exempter d’une plus grande intégration politique éventuelle.

>>Lire : Ce que Cameron demande pour défendre le non au Brexit

« Le référendum en Grande-Bretagne est une opportunité pour la cause des réformes dans l’ensemble de l’UE », doit déclarer M. Osborne dans un discours prévu à cette occasion, dont des extraits ont été diffusés à l’avance.

M. Osborne souhaite que l’UE devienne « plus compétitive et plus dynamique afin de faire en sorte qu’elle fournisse prospérité et sécurité à tous ».

>>Lire : Cameron demande flexibilité et imagination aux Européens

Selon l’Independent on Sunday, l’actuelle crise grecque et la possibilité que la Grèce quitte la zone euro ont joué un rôle dans la décision de M. Cameron de convoquer le référendum britannique plus tôt que prévu.

Les premières dispositions législatives préalables à la convocation du référendum ont été prises en juin, mais elles doivent encore être approuvées par la Chambre des Lords.

Contexte

Le parti conservateur au pouvoir de David Cameron a remporté la majorité absolue lors des élections parlementaires du 7 mai 2015. Avec 12 sièges de plus que tous les autres partis réunis, les conservateurs pourront gouverner seuls.

David Cameron a promis de renégocier la relation du pays avec l'UE puis d'organiser un référendum d'ici 2017 pour voter si oui ou non, le Royaume-Uni devrait rester dans l'UE. Une décision qui aurait de grandes conséquences sur le commerce, l'investissement et la place de la Grande-Bretagne sur la scène internationale.

>> Lire : Le raz de marée conservateur au Royaume-Uni ravive l'hypothèse du Brexit

Prochaines étapes

  • 2016 : David Cameron, le Premier ministre britannique, s'est engagé à organiser un référendum sur le maintien du Royaume-Uni au sein de l'UE
  • Printemps 2017 : élections en France et en Allemagne
  • Fin 2017 : date limite pour le référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE, promis par David Cameron