EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

27/08/2016

Les petites entreprises craignent une récession en « W » [FR]

Royaume-Uni en Europe

Les petites entreprises craignent une récession en « W » [FR]

euro_coin_slot.jpg

Les gouvernements européens devraient faire plus pour traiter des questions de paiements tardifs et de l’accès au crédit, selon Andrea Benassi, secrétaire général de UEAPME, un groupe de lobby de PME. Il a déclaré que les PME craignaient une récession en « W » alors que les déficits publics augmentent et que les consommateurs nerveux préfèrent économiser plutôt que dépenser.

Selon M. Benassi, le chômage et la crainte de pertes supplémentaires d’emplois ont réduit le pouvoir d’achat à travers l’UE et porté un coup au sentiment de sécurité que les travailleurs ressentaient avant la crise.

La confiance dans le secteur des affaires a également atteint son niveau le plus bas en 2009, et les perspectives pour 2010 sont moroses à moins que les Etats membres ne durcissent leurs efforts pour faire en sorte que le flux de crédit parvienne aux petites entreprises via des prêts bancaires ou des paiements rapides.

A la lumière de ce constat, je crois que 2010 va être une année décisive. Il est trop tôt pour dire si la crise est réellement terminée ou pas – je penche plus pour la seconde option – mais ce qui me semble certain, c’est que les petites entreprises ne peuvent pas être laissées seules face à cela. Le soutien public est absolument nécessaire à ce stade, a-t-il dit.

M. Benassi pointe du doigt les ministres aux Entreprises pour leur réticence à mettre en œuvre les composants du Small Business Act (SBA), qui a été adopté il y a plus d’un an.

Mercredi (15 décembre), la Commission européenne publiera son examen des progrès dans la mise en œuvre du Small Business Act et devrait arriver à une image mitigée des efforts accomplis au niveau national.

Je suis déçu du manque d’appropriation du processus du SBA par les Etats membres. Certains d’entre eux ont choisi uniquement certaines parties du paquet, mais très peu ont mis en oeuvre une stratégie détaillée et cohérente pour traduire le SBA en pratique dans leur pays, a-t-il dit.

Malgré cela, M. Benassi a souligné un certain nombre d’exemples dans lesquels les gouvernements ont bien fait les choses. Il s’est montré également satisfait du rôle joué par la Banque européenne d’investissement dans l’apport de liquidités pour les PME à un moment où les banques répugnaient à accorder des crédits aux jeunes entreprises.

Cependant, tout n’est pas rose dans l’analyse de M. Benassi. Il a dit que les entreprises continuaient à se battre pour être payées dans les délais, et il souhaite que toutes les entreprises règlent leurs factures sous 60 jours.

Je comprends que certains hésitent face à une telle décision qui semble être contraire au principe de liberté contractuelle. Mais laissez moi être honnête : la liberté contractuelle est un mythe dans ce genre de transaction, puisque les PME n’ont souvent pas d’autre choix que d’accepter les conditions de paiements de cocontractants plus puissants, a-t-il dit.

M. Benassi s’est confié à Gary Finnegan.

Pour lire cet entretien dans son intégralité, cliquez ici.

Plus d'information