EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

26/09/2016

Duel féminin pour le poste de Premier ministre britannique

Royaume-Uni en Europe

Duel féminin pour le poste de Premier ministre britannique

Theresa May et Andrea Leadsom se disputeront le titre de Première ministre.

Le parti conservateur devra choisir entre Theresa May et Andrea Leadsom pour prendre la tête de la Grande-Bretagne et mettre oeuvre le Brexit, après la démission de David Cameron.

Andrea Leadsom, l’« héritière de Margaret Thatcher » qui veut « bannir les pessimistes ».

Cette ministre d’État, ancienne cadre administrative dans le secteur bancaire, a été une fervente militante de la campagne Leave. Lors d’une conférence de presse le 7 juillet, elle s’est engagée à « bannir les pessimistes » post-Brexit et a maintenu que le cours de la livre sterling est resté stable malgré sa perte de valeur face au dollar depuis 30 ans.

Bien que son nom ne soit pas très connu des électeurs ordinaires, son zèle pour la campagne pro-Brexit et la reconnaissance dont elle jouit dans la City lui ont valu le respect de certains députés conservateurs et membres du parti qui voteront pour le prochain Premier ministre.

Nommée au poste de ministre d’État de l’Énergie, elle s’était toutefois fait connaître pour avoir demandé le jour de son investiture si le changement climatique est bien réel et a dès lors lutté contre les parcs éoliens et proposé de laisser le marché déterminer les options énergétiques à venir.

Chasse au renard

Elle a en outre dû répondre à des accusations de mensonges à propos de ses antécédents et d’optimisation fiscale pour éviter à sa famille de verser des droits de succession. Très chrétienne, elle s’est exprimée contre le mariage homosexuel et a prévu de tenir une élection pour que la chasse au renard soit à nouveau légalisée.

>>Lire : « Le Brexit aurait pu être évité »

La candidate de 53 ans, qui n’a jamais été membre du Cabinet et est devenue députée il y a seulement six ans, aime à être comparée avec Margaret Thatcher. « Humainement, elle était toujours bienveillante et courtoise, mais elle dirigeait d’une main de fer », a-t-elle confié au journal britannique Sunday Telegraph. « Je pense que c’est la combinaison idéale et j’aime à penser que je marche dans ses pas. »

La mère de famille a travaillé dans le secteur financier avant de devenir députée en 2010. Elle a longtemps milité pour une réforme de l’UE et monté en 2011 un lobby qui se propose d’explorer les options pour que les citoyens britanniques aient « plus de contrôle sur leur propre vie ».

Contre le maintien de Londres dans le marché unique 

Elle a affirmé qu’en tant que chef du gouvernement, elle entamerait les procédures officielles pour quitter l’UE dès sa prise de fonctions en septembre et que la Grande-Bretagne serait sortie du bloc d’ici 2017. Selon elle, le pays ne devrait plus faire partie de la zone de libre-circulation. En revanche, les citoyens européens vivant actuellement en Grande-Bretagne devraient être protégés.

>>Lire : Première victoire de Theresa May pour succéder à Cameron

Andrea Leadsom n’a pas fait l’unanimité pendant sa carrière au gouvernement, certains fonctionnaires au Trésor auraient même affirmé qu’elle était un « désastre ».

Theresa May, la femme politique fiable et expérimentée… qui a voté Remain.

Ministre de l’Intérieur depuis six ans, sa ligne dure concernant l’immigration est bien connue, malgré sa campagne discrète pour un Remain. La femme de 59 ans a su rester loyale à David Cameron et la campagne Remain, tout en apaisant les membres du parti conservateur qui voulaient quitter l’UE et mettre un frein à l’immigration. Pendant son mandat au ministère de l’Intérieur, elle a dirigé la police, mais a aussi autorisé des véhicules à circuler dans les villes, affichant le numéro à appeler pour signaler les immigrants illégaux.

Députée depuis près de vingt ans et ancienne présidente du parti conservateur, elle avait autrefois prévenu son parti qu’il risquait de se faire une réputation de « méchant ». Aujourd’hui, elle est la favorite pour devenir la deuxième Première ministre de l’histoire britannique, après Margaret Thatcher.

Après avoir étudié la géographie à l’université d’Oxford et travaillé brièvement pour la Banque d’Angleterre, Theresa May s’est lancée dans la politique après avoir été élue conseillère municipale à Londres en 1986. En 1997, elle est entrée au parlement britannique et a pris la présidence du parti conservateur en 2002, mettant fin à la longue tradition d’une direction exclusivement masculine. Alors que le parti était à l’opposition, la candidate a occupé différents postes dans le cabinet fantôme.

Ministre de l’Intérieur

David Cameron, qui était le quatrième chef de file pour qui elle a travaillé, a nommé Theresa May au poste de ministre de l’Intérieur après son élection en 2010, rôle qu’elle a conservé après sa réélection en 2015.

« Après le référendum de la semaine dernière [23 juin], notre pays a besoin d’un dirigeant fort pour nous guider dans cette période d’incertitude économique et politique », a-t-elle déclaré en annonçant sa candidature. Elle a aussi souligné qu’un « Brexit signifie qu’il y aura un Brexit », ajoutant qu’elle ne prévoit pas d’invoquer l’article 50 avant la fin de l’année.

>>Lire : Theresa May tient la corde pour succéder à David Cameron

Beaucoup de députés et de ministres pensent que seule Theresa May sera en mesure d’atténuer les divisions. Toutefois, la chaîne Sky News a surpris le député conservateur, Ken Clarke, dans une conversation avec un ancien collègue de la candidate.

« Theresa est une femme très difficile, mais vous et moi avons travaillé avec Margaret Thatcher. Je m’entends bien avec elle et elle est très bonne. Mais elle n’a pas assez d’ouverture pour son département. Elle n’y connaît pas grand-chose aux affaires étrangères », a déclaré le député

Dans un parti toujours majoritairement masculin, Theresa May est surtout connu pour ses chaussures, depuis qu’elle a porté des talons à imprimé léopard lors d’un discours. Elle est mariée au banquier Philip May depuis 1980, mais ils n’ont pas d’enfant. Elle a cité la promenade et la cuisine comme hobby.