EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

27/09/2016

Brexit : suspension de la campagne après le meurtre d’une députée

Royaume-Uni en Europe

Brexit : suspension de la campagne après le meurtre d’une députée

Jo Cox

Le soir du 16 juin, une parlementaire travailliste est morte suite à une agression par un homme qui aurait des liens avec des groupes néo-nazis. Le meurtre a provoqué la suspension immédiate de la campagne du référendum, qui ne devrait pas reprendre avant le week-end.

Jo Cox, députée europhile du parti travailliste, a été assassinée alors qu’elle se rendait à une rencontre avec les habitants de sa circonscription à Birstall, près de Leeds. Cette diplômée de Cambridge de 41 ans et mère de deux enfants a travaillé dans l’aide humanitaire avant d’être élue dans la circonscription de Batley and Spen, en 2015.

Un témoin de la scène a confié à Sky News que Jo Cox était intervenue dans une empoignade entre deux hommes, quand l’un d’entre eux a sorti un revolver de son sac et tiré deux fois.

« Il a tiré sur elle deux fois, s’est laissé tomber à terre et a à nouveau tiré, vers son visage. Quelqu’un a essayé de l’arrêter et il a sorti un couteau, comme un couteau de chasse, et l’a poignardée à plusieurs reprises », explique un autre témoin, propriétaire d’un café.

La police a annoncé qu’un homme de 52 ans avait été arrêté et qu’une autre personne, également un homme d’entre 45 et 55 ans, avait été légèrement blessée.

Jeremy Corbyn, chef de file du parti travailliste, dans l’opposition, et David Cameron, Premier ministre conservateur, ont tous deux réagi sur Twitter au moment où Jo Cox était encore à l’hôpital, gravement blessée.

La campagne pour le référendum britannique sur l’UE, le 23 juin, bat son plein, et le parlement national n’était pas en session cette semaine.

Le camp Remain, pro-UE, a annoncé la suspension de ses activités de campagne pendant une journée. Le camp Leave a pour sa part interrompu les déplacements de son bus de campagne.

Jo Cox a été transportée à un hôpital de la région par hélicoptère. Elle n’a malheureusement pas survécu à ses blessures.

Tweet de Jeremy Corbyn : Toute la famille travailliste, et tout le pays, est choquée et profondément meurtrie par le meurtre horrible de Jo Cox.

>> Lire notre direct : Brexit or no Brexit?

Le Premier ministre avait prévu un discours de campagne pro-UE à Gibraltar jeudi soir, mais a annulé l’événement lors de son arrivée sur « Le Rocher ». Il a également estimé juste que la campagne soit suspendue.

L’enjeu du référendum est encore plus sensible sur ce territoire britannique, qui craint d’être laissé à la merci de l’Espagne en cas de sortie de l’UE.

La campagne mise en cause

Le meurtrier aurait crié « Britain First » (« Le Royaume-Uni d’abord »). Les médias n’ont pas hésité à mettre en cause le ton agressif et les débordements de la campagne sur l’Europe.

The Guardian a ainsi dénoncé « un ton brutal qui attise les divisions », et qualifié le meurtre d’« attaque contre l’humanité, l’idéalisme et la démocratie ».

Le Spectator a pour sa part carrément blâmé le camp Leave, eurosceptique. « Nigel Farage [leader du parti europhobe UKIP] n’est pas responsable de la mort de Jo Cox. Et les membres de la campagne Leave non plus, mais ils sont responsables de la manière dont ils mènent leur campagne », juge l’hebdomadaire. « Quand vous encouragez la rage, vous ne pouvez pas feindre d’être surpris quand les gens deviennent enragés. »

Liens néo-nazis

Le Southern Poverty Law Centre, groupe de défense des droits civiques, a indiqué dans la soirée que le tueur présumé de la députée était un « partisan dévoué » d’un groupe néo-nazi basé aux États-Unis et était depuis longtemps défenseur du nationalisme blanc.

« D’après des archives obtenues par le Southern Poverty Law Centre, Thomas Mair [auteur présumé du meurtre] était un partisan dévoué de l’Alliance nationale, qui a été pendant des dizaines d’années l’organisation néo-nazie la plus importante des États-Unis », a révélé le groupe sur son site internet.

Selon le Southern Poverty Law Center, il aurait dépensé plus de 550 euros dans des ouvrages de l’Alliance nationale, groupe qui a appelé à la création d’une nation peuplée exclusivement de Blancs et à l’éradication du peuple juif.

Active dans plusieurs associations, Jo Cox avait une prédilection pour les sujets de société impliquant les femmes, n’avait de cesse de faire l’éloge de la diversité et avait fait sienne la cause des réfugiés syriens.

Un meurtre qui doit être immédiatement éclairci, selon Merkel

La chancelière allemande Angela Merkel a réclamé que les circonstances du meurtre « épouvantable, dramatique » de la députée britannique pro-UE soient élucidées au plus vite en raison du référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne prévu dans moins d’une semaine.

Ce meurtre doit être « immédiatement éclairci », a souligné la chancelière à l’issue d’une rencontre avec les dirigeants des États régionaux à Berlin. Plus prudente que les médias britanniques, elle a également souligné ne pas vouloir lier l’assassinat au référendum à ce stade.

« Nos pensées vont vers les personnes qui sont touchées » par la mort de l’élue britannique, a-t-elle ajouté.