EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

04/12/2016

L’UE survivra-t-elle au Brexit?

Royaume-Uni en Europe

L’UE survivra-t-elle au Brexit?

crystal ball 002

Le choix des Britanniques de sortir de l’Europe est un revers potentiellement fatal pour le projet européen d’après-guerre.

La perte d’un de ses membres les plus importants forcera l’UE, déjà malmenée par la montée du populisme, la crise migratoire et des difficultés économiques, à changer. À long terme, le Brexit pourrait pousser d’autres pays à organiser des référendums, désunir l’Europe et peut-être anéantir une union mise en place il y a 60 ans pour offrir la paix et la prospérité au continent après deux guerres mondiales.

>> Suivre notre direct : Le Royaume-Uni quitte l’Union européenne

Avant le scrutin, le président du Conseil, Donald Tusk, avait déjà prévenu qu’un Brexit pourrait mener à la « destruction de l’Europe, mais aussi de la civilisation politique occidentale ». L’Europe est déjà confrontée à une Russie belliqueuse et à la menace terroriste, en cas de Brexit « nos ennemis […] ouvriront le champagne », a assuré l’ancien Premier ministre polonais.

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission, était moins pessimiste, mais a quand même souligné que l’Europe aurait des leçons à tirer d’un référendum négatif.

>> Lire : Juncker estime que le Brexit ne tuera pas l’UE

L’UE entre en eaux troubles

Chris Bickerton, lecteur à l’université de Cambridge et auteur d’un livre sur l’UE, estime que le résultat du référendum est « un coup très dur », mais pas fatal pour l’UE, étant donné son rôle central dans la vie politique européenne. L’intégration et la proximité des États membres pourraient cependant s’en trouver sensiblement affectées et les mois et années à venir seront sans aucun doute très difficiles, souligne-t-il.

« Je ne pense pas que [l’UE] va soudainement disparaitre, mais à long terme nous pourrions assister à un lent déclin et à une modification de la nature de l’Union », estime le spécialiste. « Nous sommes en territoire inconnu. Je ne pense pas que la possibilité d’un Brexit ait réellement été envisagée  [à l’UE], certainement pas lors des négociations avec David Cameron, sinon l’accord aurait été très différent. »

Dans l’immédiat, l’UE et le Royaume-Uni entrent dans les négociations d’un divorce qui pourrait durer sept ans. Cela n’empêchera toutefois pas les États membres d’aller de l’avant. La France et l’Allemagne, les deux poids lourds de l’union, travaillent d’ailleurs déjà à un plan commun.

Paris et Berlin ne sont cependant pas sur la même longueur d’onde en ce qui concerne l’intégration de la zone euro, et tout programme commun risque d’être relativement modeste et surtout centré sur la sécurité et la défense.

Même sans le Royaume-Uni, les notions de fédéralisme et d’union toujours plus étroite devraient s’affaiblir et céder la place à une Europe à deux vitesses, qui permet à ses membres de ne pas appliquer certaines règles clés. L’adhésion à l’euro pourrait ainsi devenir non obligatoire, ce qui arrangerait certains États, comme la Pologne.

L’effet domino

La crainte principale de nombreuses capitales européenne est de voir le référendum britannique avoir un effet domino sur d’autres pays de l’UE. En Italie, le mouvement 5 étoiles (M5S), grand vainqueurs des dernières élections, notamment à Rome, a appelé à l’organisation d’un référendum similaire. Marine Le Pen a pour sa part encouragé tous les États à suivre l’exemple du Royaume-Uni, tout comme d’autres eurosceptiques aux Pays-Bas, au Danemark et en Suède.

Vivien Petrusot, un analyste de l’institut français des relations international (IFRI) à Bruxelles, estime en effet que l’UE survivrait, affaiblie. « Les institutions meurent rarement. Il n’y aura peut-être pas de désintégration, mais plutôt une perte de pertinence. L’UE pourrait perdre, petit à petit, sa centralité sur la plupart des sujets politiques.

« L’UE est dans une spirale négative », estime pour sa part Janis Emmanoulidis, directeur d’étude du groupe de réflexion bruxellois European Policy Centre. « Il semble que oui, cette histoire se termine, et qu’une autre a commencé. Mais ce n’est pas aussi facile que ça, surtout après un échec. »