EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

04/12/2016

Les femmes occupent le podium des personnalités les plus influentes du Brexit

Royaume-Uni en Europe

Les femmes occupent le podium des personnalités les plus influentes du Brexit

Partenaires de pouvoir : ce que la Première ministre britannique Theresa May et la chancelière allemande Angela Merkel décident ensemble sera décisif pour le Brexit.

[10 Downing Street]

Même si le référendum britannique sur la sortie de l’UE a été organisé par un homme, et que les deux camps, « Remain » et « Leave », étaient aussi menés par des hommes, ce sont aujourd’hui des femmes qui détiennent la plupart des cartes en main pour négocier le Brexit, a conclu un panel d’expert pour EurActiv.

Theresa May, Angela Merkel et Nicola Sturgeon sont dans le top 3 des 50 personnalités qui influenceront le plus les deux prochaines années de négociations sur la future relation entre l’UE et le Royaume-Uni.

La Première ministre britannique, la chancelière allemande et la Première ministre écossaise sont à la tête d’une liste à 22 % féminine. Huit autres femmes se trouvent dans le classement #Brexit50 réalisé par un panel de 18 universitaires, journalistes et spécialistes.

« Ce divorce politique sans précédent sera extrêmement important pour l’avenir des deux parties », a déclaré Daniela Vincenti, rédactrice en chef d’EurActiv.com. « Notre classement Brexit 50 vous donne en un coup d’œil les personnalités influentes qui joueront un rôle dans le processus des mois et des années à venir. »

EurActiv's Top 50 Influencers on Brexit (List of 30 Nov. 2016) | Source: euractory.eu

Les responsables politiques britannique et allemande détiennent la première place puisqu’elles dirigeront les négociations, en tant que dirigeantes démocratiquement élues. Nicola Sturgeon atterrit sur la troisième marche du podium étant donné que la question écossaise s’imposera lors des négociations. En effet, l’Écosse a majoritairement voté pour rester dans l’UE.

Un résultat qui a poussé le gouvernement écossais à rejoindre une procédure judiciaire en cours pour que l’Article 50 ne soit pas déclenché sans l’accord du Parlement de Westminster – et même pour que les parlements de Cardiff et de Belfast aient leur mot à dire (l’Irlande du Nord a aussi voté pour rester dans l’UE).

Les autres personnalités du top 10 sont tous des hommes : Michel Barnier, négociateur en chef pour l’UE sur le Brexit, Donald Tusk, président du Conseil européen, François Hollande, président français, Phillip Hammond, ministre britannique des Finances et ancien partisan du « Remain », David Davis, ministre britannique chargé du Brexit, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, et enfin, Guy Verhofstadt, le rapporteur du Parlement européen sur le Brexit. Pour tous, les 24 prochains mois seront largement dominés par les négociations, qui sont d’emblée opaques et suscitent déjà la méfiance.

Cette semaine, un photographe a capturé une image de notes privées écrites à la main lors d’une réunion au ministère du Brexit. Ce mémo suggérait que la politique britannique était toujours « d’avoir le beurre et l’argent du beurre » – alors que sur le continent, les autres dirigeants répètent à l’envi que la liberté de circulation est indivisible des quatre autres libertés fondamentales.

Au début du mois de novembre, le Times avait obtenu un autre mémo qui indiquait cette fois-ci que le gouvernement britannique n’avait pas de véritable stratégie pour le Brexit, et ce, cinq mois après le référendum.

>> Lire : Le gouvernement britannique n’a toujours pas de plan pour le Brexit

Boris Johnson, qui a lancé cette politique du beurre et de l’argent du beurre, n’arrive que 21ème dans cette liste. Dans l’ensemble, le Royaume-Uni et l’Allemagne dominent la liste en termes de nationalités des personnalités impliquées, avec 22 et neuf personnes respectivement. Plus de dix autres nationalités sont cependant représentées.

La plupart de ces figures sont des politiques, puis des fonctionnaires des institutions, des personnalités médiatiques ainsi que d’autres parties prenantes. La figure médiatique la plus influente est le rédacteur en chef du très eurosceptique Daily Mail, Paul Dacre, qui se trouve à la 25ème place.

Bien entendu, le classement est éphémère. Par exemple, il est peu probable que François Hollande soit toujours président dans un an, et Martin Schulz a annoncé la semaine dernière qu’il quitterait le Parlement européen – même s’il risque de devenir le ministre allemand des Affaires étrangères ou même le chancelier.

D’autres personnalités qui assurent être sur le départ continuent en réalité de peser dans la balance. C’est le cas notamment de Nigel Farage, qui serait en partance pour les États-Unis. Et son ami Donald Trump ne risque pas de le faire taire sur ce sujet.

Avant de crier victoire pour l’influence de femmes dans cette liste, il faut faire preuve de prudence. L’élection d’une autre femme, Marine Le Pen (numéro 38 de la liste), en tant que présidente de la France pourrait remettre en doute l’existence même de l’UE – et pas seulement les futures relations du Royaume-Uni avec le bloc.