Cédric Villani chargé d’évaluer l’indépendance des agences européennes

Le mathématicien Cédric Villani, en charge du rapport.

Sur fond de scandale des « Monsanto papers », Sabine Thillaye, présidente de la commission des affaires européenne, a chargé Cédric Villani de rendre un rapport sur l’indépendance des agences européennes.

Alors que des soupçons de collusion avec Monsanto pèsent sur les agences européennes chargées d’évaluer la dangerosité du glyphosate, la commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale a décidé de passer à l’action ce jeudi 5 octobre. Sabine Thillaye, présidente de la commission, a chargé Cédric Villani de rendre un rapport sur l’indépendance et l’objectivité des agences européennes impliquées dans le scandale.

Des agences influentes, sous influence

Monsanto aurait exercé une influence directe sur les agences européennes chargées d’évaluer la dangerosité du Glyphosate, la molécule herbicide la plus répandue au monde. C’est en tout cas ce que semblent indiquer les documents dévoilés mercredi 4 octobre par les journalistes du quotidien Le Monde.

L’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a rendu un rapport en novembre 2015 dont les conclusions écartent tout rôle cancérogène du glyphosate, composant principal du fameux Round Up commercialisé par Monsanto.

Compte tenu de ce rapport, la Commission européenne s’est positionnée en faveur d’une poursuite sur 10 ans de la commercialisation des produits à base de glyphosate sur le marché européen.

Paris réaffirme son opposition au glyphosate

La France a réaffirmé son opposition au renouvellement de l’autorisation de vente du glyphosate proposé par Bruxelles. Mais agriculteurs et ONG dénoncent la « cacophonie » du gouvernement sur le sujet.

Les récents « Monsanto papers » révèlent que le rapport de l’EFSA se base sur des « données confidentielles » directement fournies par Monsanto. L’autorité européenne aurait également écarté, sans fondement scientifique, une étude menée sur des souris ayant développé des tumeurs cancéreuses après une exposition au glyphosate.

 

Contredites par l’ONU

Les conclusions des agences européennes sont troublantes, d’autant que, comme l’indiquent les journalistes du Monde, Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a conclu que le glyphosate était un « cancérogène probable » pour l’Homme. L’organisation, dépendante de l’ONU, ne s’est pas basée sur les données de Monsanto pour rendre son rapport.

Monsanto persona non grata au Parlement européen

Le refus de Monsanto de venir répondre aux questions des eurodéputés lui a couté son droit d’entrée au Parlement européen.

« Il me semble important qu’un travail soit conduit pour mieux contrôler les agences européennes, notamment leurs relations supposées avec l’industrie chimique et agrochimique » fait savoir Sabine Thillaye, au sortir de la réunion de la Commission des affaires européennes qui s’est tenue jeudi 5 octobre. C’est dans ce but que Cédric Villani est chargé d’établir un rapport sur l’indépendance et l’objectivité des agences européennes.

Faire la lumière sur les pratiques des agences

Le député LREM et président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques devra, selon Sabine Thillaye, mener un travail de nature à « mieux contrôler les agences européennes, notamment [dans] leurs relations supposées avec l’industrie chimique et agrochimique ». Se refusant à lancer une quelconque accusation à l’encontre des agences européennes, la commission parlementaire explique, par voie de communiqué, s’interroger sur « la pertinence de l’expertise scientifique en Europe ». Selon la députée d’Indre-et-Loire, faire la lumière sur les pratiques de ces agences « est à la fois un enjeu de santé publique, de transparence et, pour l’Union européenne, de crédibilité ».

En France, l’utilisation du glyphosate par les collectivités dans les espaces ouverts au public est interdite depuis le 1er janvier 2017 et son emploi par les particuliers doit être proscrit à partir de 2019. Le gouvernement d’Édouard Philippe s’est positionné en faveur d’une interdiction progressive de la commercialisation du glyphosate. Le Premier ministre a fait savoir dès le mois de juillet que son gouvernement s’opposait au projet de la Commission de renouveler la licence du glyphosate pour 10 années supplémentaires.

Cédric Villani : « l’Allemagne a conscience de ce qu’elle doit à Macron »

La victoire d’Emmanuel Macron a éloigné le spectre du Frexit, si redouté par l’Allemagne. Une situation qui devrait mettre de l’huile dans le moteur-franco allemand, selon Cédric Villani.