EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

09/12/2016

L’EFSA réexamine les risques du Bisphénol A

Santé & Modes de vie

L’EFSA réexamine les risques du Bisphénol A

Siège de l'autorité européenne de sécurité des aliments

[Corporate Europe Observatory/Flickr]

Un nouveau rapport alarmant sur le Bisphénol A a poussé l’autorité européenne de sécurité des aliments se lancer dans une réévaluation de ses effets sur la santé humaine.

L’EFSA, qui effectue des évaluations de risque scientifique pour l’UE et conseille la Commission européenne, a annoncé dans un communiqué le 26 avril qu’elle voulait à nouveau se pencher sur de nouvelles preuves scientifiques liées au Bisphénol A (BPA) avec un groupe de travail composé d’experts internationaux.

Pourtant, l’EFSA avait publié pas plus tard qu’en 2015 une réévaluation du BPA suite à une consultation publique concluant que le produit chimique ne posait « aucun risque pour la santé des consommateurs de n’importe quelle tranche d’âge, au niveau d’exposition actuel ».

L’agence avait toutefois abaissé ses recommandations de dose journalière tolérable (DJT) de 50 microgrammes par kilogramme de poids corporel et par jour, à quatre microgrammes.

Effet toxique

La réévaluation entamée par l’EFSA fait suite à une demande du ministère néerlandais de la Santé, l’EFSA analysera les résultats d’un rapport publié par l’Institut national néerlandais pour la santé publique et l’environnement (RIVM).

Le rapport du RIVM conclut que selon deux études, le BPA a un effet toxique sur le système immunitaire et conseille aux consommateurs de réduire leur exposition à ce produit chimique.

Le BPA est l’un des produits chimiques utilisés dans la fabrication des matières plastiques et des résines. Il se trouve dans les objets du quotidien, comme les couverts, les bouilloires, les machines à café, les mixeurs, les emballages alimentaires et les bouteilles. Le Bisphénol A aide aussi à préserver la saveur des aliments et les protège contre la contamination de microorganismes.

Le BPA est examiné depuis des années depuis que des craintes ont surgi sur son potentiel impact sur les systèmes reproductif, nerveux, immunitaire, métabolique et cardiovasculaire. Il serait aussi à l’origine de cancers.

Le danger potentiel du bisphénol A a été débattu dans plusieurs États membres, comme la Suède, le Danemark et la France.

>> Lire : L’Agence de sécurité des aliments désavoue la France sur la dangerosité du bisphénol A

Le 1er janvier 2010, la France a interdit l’utilisation de Bisphénol A dans les produits qui entrent en contact direct avec la nourriture destinée aux bébés et aux jeunes enfants, comme les biberons. Cette interdiction a été généralisée à l’ensemble de l’UE en janvier 2011.

Depuis le 1er janvier 2015, la France a introduit une nouvelle loi interdisant son utilisation dans tous les emballages alimentaires.

Il y a une semaine, des chercheurs danois ont critiqué les nouvelles recommandations de DJT de l’EFSA, soutenant que les limites de sécurité étaient trop élevées.

Lors d’expériences sur des rats, des chercheurs de l’Université technologique du Danemark ont découvert que même des doses faibles ou modérées de BPA pouvaient entrainer une baisse de la qualité du sperme, une hausse de poids ou un mauvais développement des seins.

« Nos études étayent d’autres études qui affirment qu’il faut renforcer les niveaux de sécurité du Bisphénol A pour éviter les effets néfastes de ce produit chimique sur les hormones », a déclaré Ulla Hass, qui dirige la recherche universitaire, à la chaine télé DR.

>> Lire : Le lien entre stérilité et perturbateurs endocriniens confirmé

Le plus grand problème des toxicologues et des scientifiques est, selon elle, que certains composés chimiques comme le BPA affectent les personnes de manière différente ; certains seront exposés à des risques avec des doses très faibles alors que d’autres ne courront aucun danger même face à de très fortes doses. Cela remet en question la manière dont les scientifiques étudient les produits chimiques et leurs effets, a-t-elle souligné.

Contexte

Le Bisphénol A est principalement utilisé pour fabriquer des matières plastiques. Il est utilisé à des fins commerciales depuis 1957. Toutefois, l’UE et le Canada ont interdit l’utilisation du BPA dans la fabrication des biberons.

Des preuves démontrent que le Bisphénol A est lié à des troubles du système endocrinien, qui est un réseau de glandes qui régule et contrôle la libération et les niveaux d’hormones dans le corps.

L’EFSA a réexaminé les informations scientifiques disponibles sur le BPA en 2008, 2009, 2010, 2011 et 2015.

Prochaines étapes

  • Été 2016 : L’EFSA publie une nouvelle analyse d’impact du Bisphénol A.
  • Été 2016: La Commission doit publier une définition des produits chimiques pouvant causer des troubles hormonaux (perturbateurs endocriniens).
  • 2018: Date butoir pour l’enregistrement REACH.