EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

30/09/2016

L’air bulgare est le plus pollué de l’UE

Santé & Modes de vie

L’air bulgare est le plus pollué de l’UE

Bulgaria pollution.jpg

Plus de 90 % des citadins européens sont exposés à l’un des polluants atmosphériques les plus nocifs du monde. La Bulgarie enregistre le taux de pollution de l'air le plus élevé des États membres de l'UE, selon une étude de l’Agence européenne pour l'environnement (AEE).

Malgré la diminution des émissions de polluants atmosphériques et la baisse de leur concentration au cours des dernières décennies, le problème de la pollution de l’air en Europe est loin d’être résolu, révèle le rapport Air quality in Europe – 2013.

Deux polluants en particulier, les particules fines et l’ozone au niveau du sol, entraînent toujours de nombreux problèmes respiratoires, des maladies cardiovasculaires et des décès précoces.

Entre 2009 et 2011, jusqu’à 96 % des citadins ont été exposés à des niveaux de concentration en particules fines (PM2.5) supérieurs aux seuils définis par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Jusqu’à 98 % ont été exposés à des niveaux d’ozone (O3) supérieurs aux niveaux indiqués par l’organisation onusienne.

Le nombre d'Européens exposés à des niveaux de pollution dépassant les limites définis par la législation européenne a baissé. Dans certains cas, les seuils imposés par l’UE sont moins stricts que les directives de l’OMS.

« La qualité de l’air est l’une des principales préoccupations de nombreux citoyens », indique le commissaire en charge de l'environnement, Janez Poto?nik.

« Des enquêtes révèlent qu’une large majorité d’Européens a parfaitement conscience de l’impact de la qualité de l’air sur la santé, et réclame des autorités publiques qu’elles agissent au niveau européen, national et local, même en période d’austérité et de crise. Je suis prêt à répondre à ces préoccupations au travers de la révision prochaine de la politique de qualité de l’air par la Commission », ajoute-t-il.

Hans Bruyninckx, directeur exécutif de l’AEE, a souligné que l'Europe devrait se montrer ambitieuse si elle veut s'engager sur la voie de la durabilité. Elle devra également « aller plus loin que la législation en cours ».

Pernik, ville la plus polluée d'Europe

Le rapport examine la qualité de l'air dans 38 pays situés principalement en Europe, mais tous n'ont pas fourni les données nécessaires.

Selon cette étude, la Bulgarie enregistre le taux de concentration le plus élevé de particules fines. Ces matières proviennent généralement de gouttelettes en suspension et des pots d'échappement des véhicules. Les concentrations de monoxyde de carbone et de dioxyde de soufre sont également les plus fortes dans ce pays.

Quatre des cinq villes les plus polluées en particules fines se situent en Bulgarie. Pernik, au sud-ouest de Sofia, est la ville la plus polluée. Elle enregistre des taux élevés de concentrations de particules dans l'air pendant environ la moitié de l'année. À titre de comparaison, Paris et Stuttgart (Allemagne) n’en enregistrent que pendant 15 jours.

La Pologne, qui produit la majorité de son énergie à partir de charbon, obtient également un score médiocre dans certaines mesures de qualité de l'air, tandis que l’Estonie arrive souvent en tête des pays où l'air est le plus propre.

Les problèmes de qualité de l'air ne se limitent pas aux frontières. Le vent transporte parfois la pollution vers les pays voisins, selon l'EEA. Moins de la moitié des particules fines enregistrées dans de nombreux États membres proviennent en réalité d'émissions au sein de leurs frontières, conclut le rapport.

Contexte

Selon l'Agence européenne pour l'environnement (AEE), les substances suivantes sont les plus polluantes qui affectent la santé de l'homme et les écosystèmes :

  • Oxydes d'azote (NOx) : il est émis par la combustion de carburant, dont les centrales nucléaires et les véhicules. Le NO2 a les conséquences les plus négatives du groupe des oxydes d’azote sur la santé.
  • Dioxyde de soufre (SO2) : il est émis lorsque les carburants contiennent du soufre. À l’instar du NOx, le SO2 contribue aux pluies acides et à la formation de matières particulaires.
  • Ammoniac (NH3) : Comme le NOx et le SO2, l'ammoniac pollue les écosystèmes. Quelque 94 % des émissions de NH3 en Europe proviennent de l'agriculture.
  • Composés organiques volatils non méthaniques (COVNM) : ils sont émis par l'industrie, le transport routier et le nettoyage à sec.
  • Matières particulaires (PM) : la fumée, la saleté et la poussière issues des grosses particules (PM10), les métaux et fumées toxiques issues de la fonte de métaux, des gaz d'échappement, des centrales nucléaires et de l'incinération des déchets (matières à fines particules PM2.5).
  • Micropolluants organiques : le benzène, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les dioxines et les furanes. Ils sont émis par la combustion de carburants et de déchets et par les processus industriels.
  • Dioxyde de carbone (CO2) : il est causé par la combustion de carburants tels que le charbon, le pétrole, le gaz naturel et la biomasse utilisée à des fins industrielles, domestiques, ou pour le transport. Il s'agit du gaz à effet de serre qui influence le plus le changement climatique.

Plus d'information

Union européenne