EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

19/01/2017

L’hépatite tue 400 Européens chaque jour

Santé & Modes de vie

L’hépatite tue 400 Européens chaque jour

L'Europe de l'Est est particulièrement touchée par la pandémie d'hépatite.

[Shutterstock]

Près de 30 millions d’Européens sont atteints de l’hépatite B ou C, selon les estimations de l’OMS. Leur nombre a fortement augmenté ces dernières années, particulièrement dans l’est de l’Europe.

Ces 40 dernières années, le nombre d’Européens atteints de l’hépatite B ou C a drastiquement augmenté, surtout dans l’est de l’Europe. Ces hépatites sont causées par un virus qui s’attaque surtout au foie. Les malades n’ont souvent pas de symptômes visibles et, comme elle évolue lentement, l’hépatite passe donc souvent inaperçue et est considérée comme un véritable « tueur silencieux ».

Les hépatites virales, c’est-à-dire les infections des hépatites A, B, C, D et E, ne font pourtant pas l’objet de beaucoup d’attention de la part des décideurs politiques, estime l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), et le public n’est que peu conscient du problème.

Faiblesse des systèmes de prévention

La plupart des pays sont peu disposés à s’attaquer au problème et à mettre en place les systèmes de prévention et de traitement qui pourraient réduire les coûts des médicaments et du diagnostic, selon les spécialistes de l’OMS.

« Les tragiques décès liés à l’hépatite pourraient être évités en entravant la contagion et en améliorant le dépistage et l’accès aux traitements pour les personnes atteintes », assure Martin Donoghoe, qui travaille pour le programme commun de lutte contre la tuberculose, le VIH/sida et l’hépatite de l’OMS.

« Il faut supprimer les méthodes d’injections et de transfusions sanguines non sûres, instaurer une vaccination systématique contre l’hépatite B et s’assurance que les malades potentiels sont diagnostiqués et ont accès aux médicaments permettant de traiter l’hépatite B et de guérir l’hépatite C », a-t-il déclaré.

Vaccination des nouveau-nés

Si l’augmentation du nombre de malades en Europe est principalement due à la contamination via transfusions et injections, l’OMS préconise surtout de mettre en place des programmes de vaccination. De fait, la vaccination des nouveau-nés est la manière la plus efficace et la plus sûre d’empêcher la transmission de l’hépatite virale B de la mère à son enfant. Ce vaccin protège ensuite le bébé toute sa vie.

>> Lire : Les eurodéputés veulent intensifier la lutte contre l’hépatite

L’OMS élabore actuellement une stratégie globale de lutte contre l’hépatite virale. L’ambitieux objectif de l’organisation est de limiter la contagion au point que la maladie ne soit plus une menace pour la santé publique et d’ainsi sauver des millions de vies. En septembre, l’Écosse accueillera le premier sommet mondial sur l’hépatite, afin de conscientiser les décideurs politiques.

>> Lire aussi : La méfiance à l’égard des vaccins se généralise dans l’UE

Contexte

L'hépatite virale touche des millions de personnes chaque année. Cette maladie peut causer la mort ou un handicap. Pourtant, la plupart des malades ayant contracté l'hépatite B ou C ne le savent pas.

Vu l'ampleur de la pandémie, la perte de productivité et les coûts des traitements constituent un poids financier de taille pour les systèmes de santé du monde entier.

Ce problème silencieux n'est pas assez pris au sérieux au niveau international, selon les auteurs du rapport Hépatite B et C : un plan d'action pour sauver des vies en Europe

Prochaines étapes

  • 28 juillet : Journée mondiale de l'hépatite.
  • 2-4 septembre : Premier sommet mondial sur l'hépatite à Glasgow, Écosse.