EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

22/01/2017

La controverse sur les OGM ne freine pas le succès des biotech en Allemagne

Santé & Modes de vie

La controverse sur les OGM ne freine pas le succès des biotech en Allemagne

7438864212_040b000a67_o.jpg

[Brainco Social Media/Flickr]

Les médicaments ne sont plus exclusivement produits dans des laboratoires de chimie, mais sont souvent développés grâce à des cellules vivantes.  En Allemagne, ces produits issus de la biotech sont de plus prescrits, malgré le scepticisme croissant vis-à-vis des OGM. Un article d’EurActiv Allemagne.

Les médicaments fabriqués grâce à des biotechnologies n’ont jamais eu autant de succès sur le marché allemand. En 2014, les produits biopharmaceutiques ont représenté 22 % de tout le marché des produits pharmaceutiques, soit le double comparé par rapport à 2006.

Les recettes dans ce secteur ont augmenté de 7 % en un an, selon le rapport « biotechnologie médicale 2015 en Allemagne », réalisé par l’association des entreprises de recherche pharmaceutique (VFA).

Ce pourcentage correspond à 7,5 milliards d’euros de revenus tirés des biopharmaceutiques en Allemagne en 2014.

« Il existe de plus en plus de possibilités de traitement, notamment pour les patients atteints de maladie auto-immune ou de cancer », et cette hausse des recettes le démontre, a déclaré Frank Mathias, président de VFA Bio.

En 2014, l’assurance maladie obligatoire en Allemagne a dépensé 1,8 milliard d’euros rien que sur les cinq produits biopharmaceutiques qui rapportent le plus. Par conséquent, près de 5 % des toutes les dépenses en médicaments, soit environ 33 milliards d’euros, étaient destinés aux médicaments de haute technologie.

Forte demande pour les traitements du diabète et du cancer

Depuis les années 80, le secteur de la biotechnologie a envahi le marché des produits pharmaceutiques,

Grâce aux méthodes des technologies génétiques, des anticorps très spécifiques ont pu être créés. Ces technologies ont ensuite rendu possibles de nouveaux traitements en oncologie et immunologie.

Les produits biopharmaceutiques sont souvent utilisés pour traiter les patients avec du diabète et autres maladies métaboliques, mais aussi pour le traitement du cancer.

Alors que de nombreux Allemands demeurent critiques des biotechnologies « vertes », c’est-à-dire l’optimisation génétique des plantes, les craintes des consommateurs semblent s’être dissipées sur les biotechnologies médicales.

Toutefois, la fabrication de ces médicaments est très couteuse et complexe, ce qui explique pourquoi peu d’entreprises ont choisi de se spécialiser dans ce domaine.

>> Lire : Le TTIP pourrait réduire le coût des médicaments

Dans l’ensemble, le nombre de projets de développement clinique pour les biopharmaceutiques ont très peu augmenté l’année dernière. En effet il n’en existe que 604.

L’Allemagne se classe actuellement en tête des pays qui produisent des biopharmaceutiques approuvés par l’UE. Toutefois, les représentants de l’industrie appellent les responsables politiques à soutenir la recherche et l’innovation.

En Europe, les entreprises ont très difficilement accès à un capital-risque, a reproché le directeur de la VFA, Siegfrid Throm.

Frank Mathias est quant à lui optimiste et pense qu’en 2025, les produits biopharmaceutiques pourraient représenter 30 à 40 % des nouveaux médicaments approuvés.

« Il s’agira surtout de sérums pour la vaccination par exemple ou de vaccins thérapeutiques contre le cancer. Des avancées importantes seront faites grâce à des filières technologiques comme les thérapies par les cellules ou par les gènes, qui sont encore très peu développées aujourd’hui », explique-t-il.

La numérisation ne fait que commencer

Certains spécialistes pensent que la numérisation peut avoir un énorme potentiel de croissance dans l’industrie de la santé.

« Les entreprises pharmaceutiques, de biotechnologie et les fonds d’assurance maladie devraient coopérer davantage afin d’enregistrer, d’analyser et d’échanger des données », a commenté Frank Mathias. Selon lui, il est évident que des grandes entreprises comme Google auront aussi un rôle important à joue dans ce domaine.

« Au vu de la pénurie de médecins, notamment dans les zones rurales, la numérisation et les nouvelles applications pourraient garantir le suivi de plus de patients par moins de médecins », a pour sa part déclaré Jürgen Lücke, du cabinet de conseil qui a analysé les données pour le rapport.

Les progrès dans ce domaine sont déjà significatifs. Une analyse publiée récemment par le Techniker Krankenkasse montre qu’environ 400 000 applications liées à la santé sont déjà sur le marché.

« Pour s’assurer qu’elles sont de qualité, ces applications devraient être soumises à la loi sur les produits médicaux et subir un test de qualité », a déclaré Siegfrid Throm. Quant à la problématique de la protection des données, elle n’a pas encore été résolue. Sur ce point, le règlement général de l’UE sur la protection des données devrait clarifier les choses.

Contexte

Les produits biopharmaceutiques sont produits grâce à des cellules vivantes, lors d'une procédure aussi appelée biotechnologie. Ce sont souvent les cellules animales qui sont utilisées, mais aussi les cultures de levure et de bactéries. Les cellules des plantes ne sont que très rarement utilisées.

Contrairement à la synthèse chimique, la biotechnologie permet l'extraction d'agents très complexes, comme l'insuline ou l'interféron bêta, qui aident à traiter les patients atteints de diabète ou de cancer.