EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

31/08/2016

La pénurie de médicaments touche les patients européens

Santé & Modes de vie

La pénurie de médicaments touche les patients européens

[Shutterstock]

L’association européenne des pharmaciens hospitaliers s’est penchée sur les pénuries de médicaments des systèmes de santé européens. Plus de 86 % des pharmacies hospitalières de l’UE rencontrent des difficultés d’approvisionnement.

L’association européenne des pharmaciens hospitaliers a analysé la situation de plus de 600 pharmacies hospitalières dans 36 pays européens. Les conditions décrites par l’étude illustrent les pénuries de médicaments qui affectent le traitement des patients sur tout le continent.

Quelque 75 % des pharmacies hospitalières analysées sont d’accord ou tout à fait d’accord avec la phrase suivante : « les pénuries de médicaments dans mon hôpital ont un impact négatif sur les soins des patients ». Pour 66 % d’entre elles, la question du manque de médicaments se pose de manière hebdomadaire, ou même quotidienne. Les substances concernées sont avant tout celles qui permettent de traiter les infections et le cancer, ainsi que les anesthésiques.

Selon l’association des pharmaciens hospitaliers, ces pénuries engendrent notamment l’interruption ou l’ajournement de chimiothérapies, l’exposition des patient à des effets secondaires évitables et des bactéries, et la détérioration des de l’état général des patients.

« Il y a deux choses qui me frappent toujours au sujet des pénuries de médicaments en Europe : l’échelle impressionnante du problème et les conséquences connues qu’il a sur le bien-être et la sécurité des patients, insiste Roberto Frontini, président de l’association européenne des pharmaciens hospitaliers, lors de la publication du rapport au Brussels Press Club. On a ignoré ce problème depuis trop longtemps, ajoute-t-il. Il est grand temps que les personnes qui sont chargées protéger les citoyens européens des menaces transfrontalières pour la santé s’occupent du problème. »

Selon François Houÿez, d’EURORDIS, l’association européenne des maladies rares, un calcul du coût des pénuries de médicaments s’avérerait utile. « Il faudrait mettre en place une meilleure coordination, avec un système d’évaluation des stocks disponibles et une chaîne d’approvisionnement, afin de répondre aux besoins des patients », estime François Houÿez. À l’heure actuelle, un État pourrait avoir une réserve d’un médicament qui manque dans d’autres pays sans le savoir.

Roberto Frontini est également d’avis que le système d’enregistrement des informations doit être amélioré dans cette optique. L’agence européenne des médicaments (EMA) pourrait par exemple mettre sur pied une base de données des médicaments manquants en Europe, sur le modèle du système qui existe aux États-Unis. Des critères pour une juste distribution des médicaments en cas de pénurie, basés sur les besoins des patients, et non sur des intérêts commerciaux, devraient être établis ; et la Commission européenne devrait prendre conscience de sa responsabilité et s’atteler à la résolution de ce problème.

Contexte

Le manque d'un médicament spécifique peut avoir des effets différés importants sur les services pharmaceutiques et le traitement des malades. Un approvisionnement irrégulier de certains médicaments pendant quelques mois ou quelques années peut avoir des conséquences considérables sur le traitement de certains patients, ou sur la bonne marche des services de pharmacie hospitaliers.