EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

27/07/2016

Les enfants, victimes méconnues des maladies cardiovasculaires

Santé & Modes de vie

Les enfants, victimes méconnues des maladies cardiovasculaires

6500 à 8000 enfants naissent chaque année avec une maladie cardiaque en France (Credit: [Marlon Lopez MMG1 Design]/Shutterstock)

En France, 6500 à 8000 enfants naissent chaque année avec une maladie cardiaque. Il s’agit de la première cause de mortalité durant les premiers mois de vie de l’enfant. 

La Fédération française de cardiologie vient de publier un livre blanc pour un plan Cœur pour lutter contre les maladies cardiovasculaires. Elle développe ainsi les enjeux liés aux maladies cardiaques congénitales. Les cardiopathies représentent les malformations congénitales les plus fréquentes et celles qui causent le plus de décès chez l’enfant. Elles concernent 6500 à 8000 naissances tous les ans.

Même si ces malformations peuvent être résorbées par intervention chirurgicale ou en les traitant par les vaisseaux sanguins, plus de 85 % de ces enfants en garderont des séquelles.

Grâce à l’échographie fœtale, davantage de malformations peuvent être diagnostiquées pendant la grossesse. Cela permet ainsi une prise en charge plus rapide et adaptée dès la naissance du nourrisson. Les médecins estiment en effet que plus tôt l’opération est pratiquée, meilleur sera l’avenir de l’enfant.

Besoin d’un suivi à l’âge adulte

La fédération recommande que les enfants souffrant de cardiopathies congénitales soient suivis dans des centres spécialisés pour ce type de maladies, une fois adulte. Or, selon elle, peu de médecins, même des cardiologues, ont une bonne connaissance des maladies cardiaques congénitales.

>> A lire aussi : La recherche sur les maladies cardiovasculaires demeure insuffisante

A l’âge adulte, de nombreux patients sortent de leur circuit de soin et ne bénéficie plus d’un suivi médical spécifique à sa maladie congénitale. Ce n’est qu’à la suite d’une complication souvent grave qui aurait pu être anticipée qu’ils reviennent dans leur circuit de soin initial.

« Tous les adultes concernés devraient être suivis par un cardiologue “congénitaliste” tout au long de leur vie », estime la fédération ajoutant qu’il y a un manque de médecins spécialistes. En effet, elle recense environ 60 médecins congénitalistes en France.

Selon le livre blanc, un mauvais suivi de ces patients peut avoir pour conséquence des complications telles que des troubles du rythme, de l’insuffisance cardiaque ou encore de l’hypertension.

Selon la Société européenne de cardiologie, les maladies cardiovasculaires sont responsables d’environ 4 millions de décès par an en Europe, dont près de 1,9 million de citoyens de l’UE.

Importance d’un suivi spécifique aux jeunes femmes

Les maladies cardiovasculaires congénitales peuvent poser problème aux femmes en âge de procréer. En effet, certaines de ces maladies ne sont pas compatibles avec une grossesse à cause des risques de mortalité maternelle trop importants. En effet, même si le taux de mortalité est en diminution, les maladies cardiovasculaires représentent 15 % des décès à l’accouchement en France.

>> A lire aussi : Les femmes sont les premières victimes des maladies cardiovasculaires

De même, la méthode de contraception des jeunes femmes doit faire l’objet d’une très grande attention en tenant compte du passé médical de la patiente.

La Fédération française de cardiologie recommande ainsi que les femmes souffrant de maladies cardiovasculaires congénitales consultent une cardiologue avant la conception de l’enfant. De même, elles devraient être suivies tout au long de la grossesse.

Contexte

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les maladies chroniques, comme les maladies cardiovasculaires et le cancer, sont de loin la principale cause de mortalité dans le monde, représentant 60% des décès.

Environ quatre millions de personnes en Europe et 1,5 millions de personnes dans l'Union européenne meurent chaque année de maladies cardiovasculaires, selon l'European Heart Network (EHN) et la Société européenne de cardiologie (ESC). Les principales formes de maladies cardiaques sont les maladies coronariennes et les accidents vasculaires cérébraux.

Plus d'information

Fédération française de cardiologie