EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

28/09/2016

Les eurodéputés contaminés au glyphosate

Santé & Modes de vie

Les eurodéputés contaminés au glyphosate

La moyenne du taux de glyphosate dans l'urine des députés européens est de 1,7 microgrammes/litre alors que la norme d'eau potable européenne est de 0,1 microgrammes/litre.

@Guschenkova

À quelques jours du vote des États membres sur le glyphosate, des tests réalisés sur 48 eurodéputés révèlent que leurs urines contiennent un taux parfois 35 fois supérieur au seuil limite.

« Tous les participants avaient du glyphosate dans les urines, et ce, dans des proportions élevées », conclut le laboratoire Biocheck de Leipzig, qui a effectué le test sur 48 députés du Parlement européen, tous sexes et tous partis confondus. Au total, 13 pays sont représentés, dont la Belgique, la République tchèque, la France, la Hongrie, l’Espagne, la Finlande et l’Italie, entre autres.

Cette opération coup de poing, lancée par une dizaine d’eurodéputés, pour la plupart belges, dont Marc Tarabella (PS) et Bart Staes (Verts), révèle que le taux de glyphosate moyen présent dans les urines des eurodéputés est 17 fois plus élevé que la normale.

Interrogé sur la volonté des eurodéputés belges d’influencer leur gouvernement, Marc Tarabella a répondu: « oui, le fait d’être d’un pays qui continue à apporter un soutien indéfectible à la Commission nous a peut-être sensibilisé et a peut-être été un élément déclencheur ».

>> Lire : Pesticides et OGM, quand la Commission européenne fait le jeu des multinationales

La Belgique est un des rares pays à soutenir la prolongation de l’autorisation du glyphosate, pourtant jugé cancérogène « probable », par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Chez certains eurodéputés belges et français, le taux de glyphosate dans les urines peut dépasser respectivement de 35 et 25 fois les maximums autorisés, explique Marc Tarabella dont le taux de glyphosate est près de 10 fois supérieur au plafond.

Poids de l’industrie

Le glyphosate est une substance active largement utilisée dans les herbicides. La molécule a été brevetée au début des années 1970 et introduite sur le marché en 1974. Elle est rapidement devenue le numéro 1 des ventes, notamment avec le Round Up du géant agrochimique américain Monsanto.

>>Lire : La droite européenne à la manœuvre pour sauver le Round-Up

Une étude allemande, réalisée par la Fondation Heinrich Böll, révélait également des taux de glyphosate dans l’urine de 99,6 % des Allemands. L’herbicide très controversé est présent en doses beaucoup trop élevées chez 75 % des 2 009 Allemands étudiés.

>> Lire : Les trois quarts des Allemands contaminés au glyphosate

Peu importe l’âge, le sexe, le pays d’origine, ou le régime alimentaire, tous les citoyens de l’UE sont exposés au glyphosate. Malgré cela, certains États membres continuent de fermer les yeux sur la dangerosité de cette substance. « En leur laissant le choix, comme c’est le cas pour les OGM, la Commission morcèle le pouvoir décisionnel et fait donc le jeu des lobbys en donnant  [à l’industrie] plus de marge de manœuvre », estime un observateur européen.

Décision cruciale

Le 18 et 19 mai prochain, les États membres de l’UE sont appelés à voter sur un renouvellement de 10 ans de l’autorisation du glyphosate. Si certains gouvernements nationaux soutiennent la position de l’exécutif, comme la Belgique, d’autres, comme l’Italie, la France, la Suède, et les Pays-Bas, s’y opposent fermement.

« Ce test est surtout symbolique et nous permet d’apporter un peu d’eau au moulin pour que les gouvernements aveugles aux besoins des citoyens penchent du bon côté de la balance », a expliqué Marc Tarabella.

« Combattre le glyphosate c’est lutter pour la sécurité alimentaire. Convaincre les gouvernements qui nient les différents rapports, dont celui de l’OMS, attestant de la dangerosité de cet herbicide est une véritable croisade », a commenté l’eurodéputé belge.

>> Lire : Le glyphosate visé par une plainte en France

Prochaines étapes

  • 18 et 19 mai : les États membres se prononcent sur une prolongation de 10 ans de l'autorisation du glyphosate.