Un nouveau droit à polluer accordé aux agriculteurs européens

Le secteur agricole sera exclu des plafonds d’émissions de méthane, a décidé le Parlement européen. Une décision très controversée.

Le comité Agriculture du Parlement européen a décidé, le 28 mai, d’exclure l’agriculture du plafonnement des émissions de méthane et d’assouplir la réduction des émissions d’ammoniac dans le cadre de la révision de la directive NEC sur les plafonds d’émission nationaux, lancée fin 2013 par la Commission européenne.

>> Lire : Le débat s’ouvre sur la qualité de l’air au Parlement européen

Alors que les émissions de gaz à effet de serre du secteur agricole (surtout le méthane et le protoxyde d’azote) ont explosé au cours des deux dernières décennies selon une étude de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), leur limitation est une priorité pour protéger la santé humaine. Car au contact de l’air, le méthane et l’ammoniac émis par l’agriculture se transforment en particules fines et en ozone, des polluants particulièrement nocifs plafonnés par l’UE.

>> Lire : Luxembourg et Lisbonne, mauvais élèves de la lutte contre la pollution de l’air

Pourtant, les députés du comité Agriculture proposent de supprimer le nouveau plafond d’émissions de méthane proposé par Bruxelles ainsi que celui visant déjà les émissions d’ammoniac d’ici à 2030. Une mesure qui vise directement les agriculteurs puisqu’ils émettent à eux seuls 90% des émissions européennes d’ammoniac et 45 % des émissions de méthane.

« Le vote du comité Agriculture représente un signal très négatif. Si les plafonds d’émission d’ammoniac et de méthane étaient effectivement supprimés, cela signifierait que l’agriculture ne serait contrainte à aucun effort alors que les autres secteurs sont mis à contribution. Mais il ne s’agit que d’une opinion et non d’une décision définitive ». Le vote le plus important revient en effet au comité Environnement, qui se prononcera sur la proposition de révision ainsi que sur ces amendements les 15 et 16 juillet prochains. Le BEE réclame un revirement pour que l’agriculture ne soit pas exemptée.

>> Lire aussi : La fin des quotas laitiers dans l’UE divise le monde agricole

Cet article est initialement paru sur le Journal de l’Environnement.