EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/09/2016

Une alimentation déséquilibrée nuirait plus que le tabagisme

Santé & Modes de vie

Une alimentation déséquilibrée nuirait plus que le tabagisme

get_them_while_theyre_young._joe_13flickr.jpg

Le rapporteur des Nations unies sur le droit à l’alimentation appelle à des mesures gouvernementales pour une alimentation saine.

« Une mauvaise alimentation présente plus de risques pour la santé mondiale que le tabagisme », a déclaré Olivier De Schutter, le rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation le 18 mai lors de la conférence « Towards a Global Convention to Protect and Promote Healthy Diets ». Il a également appelé à la mise en place d’une convention mondiale sur un régime alimentaire approprié, à l’occasion de cette conférence consacrée à la protection et à la promotion d’une alimentation saine.

Malgré les inquiétudes grandissantes et la mise en place d’actions prioritaires bien définies, la communauté internationale ne fait pas suffisamment attention à la propagation de l’épidémie d’obésité et de mauvaises habitudes alimentaires, indique Olivier De Schutter dans un communiqué.

Un cinquième de la population européenne obèse

En Europe, environ la moitié des hommes et des femmes étaient en surpoids en 2008 et 23 % de femmes et 20 % des hommes étaient obèses, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’obésité est souvent provoquée par un manque d’activités physiques et une mauvaise alimentation. Elle est l’un des principaux facteurs à risque pour le développement de maladies non contagieuses, comme le cancer, le diabète ainsi que les maladies cardiovasculaires et pulmonaires.

 « Cela fait deux ans que j’ai publié mon rapport sur la nutrition et le droit à l’alimentation et dix ans que l’Organisation mondiale de la santé a lancé sa stratégie mondiale pour l’alimentation, l’exercice physique et la santé. Pourtant, l’obésité ne cesse de gagner du terrain ainsi que le diabète, les maladies cardiovasculaires et d’autres complications de santé qui les accompagnent. Les mises en garde n’ont pas été entendues », a-t-il affirmé.

Haro sur les systèmes alimentaires

L’ONU a identifié cinq actions pour lutter contre l’obésité et une mauvaise alimentation, dont : une taxe sur les produits néfastes pour la santé, la réglementation des aliments riches en graisse saturée, en sel et en sucre ainsi que la restriction des publicités pour la malbouffe. L’ONU souhaite également une révision des subventions agricoles peu judicieuses. Objectif : diminuer le prix de certains ingrédients et soutenir la production de produits locaux pour que les consommateurs aient accès à des aliments frais, riche en nutriments et bons pour la santé.

Olivier De Schutter a ajouté que les mesures visant à promouvoir une alimentation saine ne fonctionneraient que si les systèmes alimentaires sous-jacents sont appropriés.

« Les gouvernements se concentrent sur l’augmentation des calories disponibles, mais ils ont souvent accordé peu d’attention aux types de calories, leur prix, le public cible et la manière dont ils sont commercialisés », a souligné le rapporteur.

 >> Suivez le débat d’EurActiv en ligne sur l’obésité le jeudi 22 mai entre 16 et 17 heures (en anglais) : What’s tipping the balance?

Contexte

L'obésité est l'état d'un individu dont le taux de graisse corporelle est largement supérieur à ce qui est souhaitable ou acceptable au point de nuire à la santé, de réduire l'espérance de vie et/ou d'accroître les problèmes de santé.

Une personne est obèse lorsque son indice de masse corporelle (IMC) dépasse 30 kg/m2. L'IMC se calcule en divisant le poids d'une personne en kilogrammes par sa taille en mètres au carré.

L'obésité accentue la probabilité de nombreuses maladies, surtout des maladies cardiaques, des diabètes de type 2, l'apnée obstructive du sommeil, certains types de cancer et l'arthrose.

Un mélange d'apport excessif en calories, de manque d'activité physique et de sensibilité génétique est souvent à l'origine de l'obésité. Dans quelques cas, elle est provoquée par des gènes, des troubles endocriniens, des médicaments ou des maladies psychiatriques.