EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

30/08/2016

Une étude recommande la prescription systématique de statines aux seniors

Santé & Modes de vie

Une étude recommande la prescription systématique de statines aux seniors

Boîte de comprimés de statine (Credit: [roger ashford]/Shutterstock http://shutr.bz/1zCZPdW)

Des chercheurs américains estiment que 97 % des personnes de plus de 66 ans devraient se voir prescrire des statines pour prévenir les risques d’accidents cardiovasculaires. Le médicament anti-cholestérol est pourtant loin de faire l’unanimité au sein du corps médical.

Les statines doivent-elles être un médicament de prévention pour les personnes de plus de 66 ans ? C’est en tout cas ce que propose une étude américaine publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA). En effet, selon les auteurs de l’étude, les anti-cholestérols devraient être prescrits à la quasi-totalité des séniors de 66 à 75 ans, afin de réduire les risques d’accidents cardiovasculaires.

L’action des statines a pour objectif de faire baisser le taux de lipides dans le sang. Il s’agit donc d’un médicament bien connu des patients qui doivent faire baisser leur taux de mauvais cholestérol afin d’éviter une hypercholestérolémie pouvant conduire à des maladies cardiovasculaires.

Dans un rapport publié en 2011, le Cardiovascular resource group indique que dans les cinq plus grands pays de l’Union européenne (Allemagne, France, Italie, Espagne et Royaume-Uni) 133,3 millions d’individus souffrent d’un taux excessif de mauvais cholestérol.

>> A lire aussi : Le cholestérol, maladie chronique négligée en Europe

97 % des 66-75 ans concernés

Menée sur 6088 patients âgés de 66 à 90 ans suivis pendant 25 ans, l’étude se base sur des recommandations de l’American College of Cardiology et l’American Heart Association. Elle indique ainsi que 97 % des personnes entre 66 et 75 ans devraient suivre un traitement aux statines. Plus étonnant encore, 100 % des hommes devraient y avoir recours, selon les auteurs de l’étude. L’étude tente ainsi de démontrer que c’est davantage l’âge des patients qui doit être pris en compte pour la prescription de statines et non pas les antécédents familiaux ou le taux de cholestérol. Cependant, elle ne fournit pas d’information sur le traitement des personnes de plus de 75 ans.

>> A lire aussi : Revoir notre mode de vie pour éviter les maladies cardiovasculaires

L’étude indique ainsi que les personnes, dont le risque de faire des attaques cardiaques ou cérébrales est élevé, devraient suivre un traitement avec des statines. Elle recommande aussi ce traitement aux personnes dont le taux de mauvais cholestérol n’est pas excessif, mais ayant un risque d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral supérieur à 7,5 % sur 10 ans.

L’efficacité des statines encore trop peu connue

Pourtant, les avis sur les statines sont très partagés. Si les uns sont pour une prescription plus répandue de l’anti-cholestérol, les autres émettent des doutes sur l’efficacité réelle du médicament pour réduire les taux de cholestérol dans le sang.

En France, la Haute autorité de santé (HAS) reste prudente sur le sujet. Elle a ainsi rendu un avis en février 2013 dans lequel elle relève « un recours abusif aux statines » en prévention d’un accident cardio-vasculaire, d’un infarctus ou d’un AVC chez les patients sans facteur de risque élevé. Parallèlement la HAS estime qu’il y a un défaut de prescription chez les personnes qui pourraient en avoir le plus besoin.

>> A lire aussi : Le débat sur les effets secondaires des statines relancé

Par ailleurs, la Haute autorité de santé indique que le rôle bénéfique des statines est indiscutable chez les patients ayant déjà eu un accident cardio-vasculaire ou un AVC. Cependant, elle considère qu’avant un accident, ces médicaments ne doivent être prescrits qu’aux personnes à haut risque, c’est-à-dire celles qui cumulent plusieurs facteurs de risque comme du diabète, de l’hypertension artérielle, le tabagisme… En revanche, pour les personnes sans antécédent familial mais dont le taux de mauvais cholestérol est élevé, le traitement n’est pas justifié.

Contexte

Le cholestérol touche un français sur cinq.  Le traitement le plus commun consiste à administrer des statines, des molécules qui limitent le passage du cholestérol dans le sang. Près de 5 millions de Français prennent des statines.

Au début de l’année 2013, une polémique sur les statines a eu lieu suite à la publication de l’ouvrage de Philippe Even, intitulé La vérité sur le cholestérol.  Le professeur Even écrivait dans son livre « Le cholestérol est sans danger, les statines ne servent à rien et l'infarctus ne tue guère qu'après 75 ans». Après quoi plusieurs patients mirent fin à leur traitement. 

Plus d'information