EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

22/01/2017

Berlin, Paris et Rome prêts pour le drone européen

Sécurité

Berlin, Paris et Rome prêts pour le drone européen

Les trois ministres de la Défense allemand, français et italien ont annoncé dans une déclaration d'intention commune leur volonté de "conduire une étude de définition afin de préparer la phase de développement d'un drone MALE européen".

[Anguskirk/Flickr]

L’Allemagne, la France et l’Italie ont décidé de lancer une étude de définition pour développer et fabriquer un drone de troisième génération « Made in Europe ».

C’est un pas de plus pour la réalisation d’un programme commun entre l’Allemagne, l’Italie et la France dans le domaine des drones MALE (Moyenne altitude, Longue endurance). Un pas de plus également pour le lancement d’un nouveau programme en coopération entre plusieurs pays européens. Ce qui est plutôt rare ces dernières années en Europe. C’est enfin un nouveau succès personnel pour le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui a beaucoup oeuvré pour le lancement d’un tel programme.

Les trois ministres de la Défense allemand, français et italien ont annoncé ce lundi dans une déclaration d’intention commune leur volonté de « conduire une étude de définition afin de préparer la phase de développement d’un drone MALE européen », selon le communiqué publié par le ministère de la Défense. Un système dont le premier pourrait être livré d’ici à 2025, remplira des missions de renseignement à longue distance, de surveillance et de reconnaissance avec différentes capacités de charge utile.

Une étude de définition sur deux ans

Airbus Group, Dassault Aviation et Finmeccanica, qui se sont félicités cette annonce dans un communiqué commun, vont mener au cours des deux prochaines années l’étude de définition d’un drone MALE. Elle permettra notamment de réduire au maximum les risques, tant financiers qu’en terme de développement, grâce à un processus d’échanges et de compromis avec les clients, avant le lancement du développement à échelle réelle. Cette étude pourrait être suivie par une phase de développement. Cette solution pourrait permettre une livraison des premières propositions au début des années 2020. Ce système tiendra compte des contraintes budgétaires par une mise en communs des financements de R&D

L’objectif de cette étude est « de déterminer un ensemble de prérequis opérationnels et d’élaborer un prototype répondant à une expression de besoin commun en termes de performance, de calendrier et de coût », a précisé la déclaration commune des ministres. Les principaux paramètres pris en compte dans le cadre de cette étude de définition seront les critères de navigabilité et de certification afin de permettre l’insertion du futur drone dans l’espace aérien européen ainsi que « la recherche de compétitivité du produit ». Cette étude permettra enfin de traiter toutes les questions relatives à la souveraineté, aux capacités d’évolutions du système et la compatibilité avec les besoins communs en matière de certification.

L’OCCAR gérera l’étude de définition

Le contrat pour l’étude de définition sera attribué dans le courant de l’année. C’est l’OCCAR (Organisation conjointe de coopération en matière d’armement) qui exercera la conduite du programme tandis que l’Agence européenne de défense (AED) apportera son soutien dans les domaines de l’insertion dans le trafic aérien, de la navigabilité et de la certification. En outre, d’autres pays européens pourront intégrer ce programme de drone lors des phases de développement et d’approvisionnement, en s’appuyant sur le soutien de l’AED pour cette future phase d’élargissement du projet.

Depuis décembre 2013, la France, l’Allemagne et l’Italie ont confirmé leur plein soutien à la mise en œuvre des conclusions du Conseil européen en vue de développer un drone MALE européen à l’horizon 2025. « Nos engagements récents sur les théâtres d’opérations, ainsi que les crises politiques et humanitaires dans notre voisinage, ont démontré le caractère critique de cette capacité et le besoin d’autonomie en matière d’usage et de soutien », ont fait valoir les trois ministres. Une volonté politique bien appuyée par les trois industriels européens (Airbus Group, Dassault Aviation et Finmeccanica), qui avaient adressé en mai 2014 aux trois États européens une proposition non sollicitée.

Une solution souveraine

« Les nations européennes se doivent de développer une solution souveraine et de dernière génération de drone MALE, pour des missions à la fois militaires et de sécurité », a fait valoir le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier. « La nouvelle génération de drone MALE représente une remarquable étape d’évolution dans le cadre des projets de la défense et de la sécurité européenne. Cette initiative est une opportunité unique de poursuivre dans la voie de l’union du savoir-faire technologique regroupant les industriels de pointe réunis autour d’un objectif commun », a pour sa part déclaré le président exécutif de Finmeccanica, Mauro Moretti.

Cette initiative est également une petite victoire pour les trois industriels à la lumière de la dépendance croissante des états européens pour des équipements et des technologies de défense achetés à l’étranger, en particulier les drones. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils avaient lancé en juin 2013 un appel commun « afin de préserver les capacités spécifiques permettant d’assurer la souveraineté de notre continent dans l’élaboration de futurs aéronefs militaires », ont expliqué les trois industriels. Le futur drone MALE « permettra le développement de technologies avancées et contribuera à maintenir des compétences clefs et des emplois en Europe », ont-ils assuré.

L’Allemagne, la France et l’Italie « s’engagent dans une démarche de renforcement de la défense européenne et de soutien à une industrie de défense plus compétitive développant et maintenant en Europe des compétences industrielles clés », a rappelé le ministère de la Défense.

Cet article est initialement paru sur La Tribune.