EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

24/07/2016

Edward Snowden sélectionné pour le prix Sakharov

Société de l'information

Edward Snowden sélectionné pour le prix Sakharov

Ed Snowden whistleblower.jpg

Les groupes de gauche, les Verts et GUE/GVN, au Parlement européen ont choisi Edward Snowden comme candidat au prix européen de la liberté de l'esprit. Un professeur suédois est à l'origine de cette idée.

Les Verts/Alliance libre européenne (ALE) et la Gauche unitaire européenne/gauche verte nordique (GUE/GVN) ont décidé de désigner le lanceur d'alerte américain Edward Snowden pour le prix décerné annuellement par le Parlement.

Afin de figurer sur la liste, les candidats doivent être soutenus par au moins 40 eurodéputés ou par un groupe politique.  Les présidents du Parlement désigneront le vainqueur de l'édition 2013 lors d'une conférence en octobre.

En mai dernier, l'ancien contractant de l’Agence américaine de la sécurité nationale (NSA), âgé de 30 ans, a divulgué des documents au journal le Guardian concernant les programmes de surveillance de masse du gouvernement américain. Les États-Unis ont surveillé des serveurs Internet, des institutions et des entreprises en Europe, suscitant la colère dans toute l'Union.

Contraint de fuir les États-Unis après ses révélations, il n’a pas pu trouver refuge en Europe, car aucun État membre ne voulait lui accorder l'asile. Après des semaines dans l'aéroport de Moscou, l'Américain a finalement obtenu l'asile temporaire en Russie. Son lieu de résidence est gardé secret pour des raisons de sécurité.

« Edward Snowden a risqué sa liberté pour nous aider à protéger la nôtre et il mérite d'être honoré d'avoir fait la lumière sur les violations systématiques des libertés civiles par les services secrets américains et européens », indiquent les Verts/ALE dans un communiqué.

« Mais au lieu de lui offrir l'asile dans l'UE, les gouvernements européens l'ont lâchement abandonné. Nous espérons que cette nomination recevra un large soutien au sein du Parlement européen et que cela peut servir comme symbole de rejet de l'intrusion flagrante, massive et illégale dans la vie privée des citoyens du monde entier », ajoute le groupe écologiste.

Le professeur suédois de sociologie Stefan Svallfors avait déjà émis cette idée à la fin du mois d'août.

Dans un billet d'opinion destiné aux médias suédois, et publié sur EurActiv.com, le professeur affirme que la « révélation de ce système [le programme de surveillance américain] nous a permis de dire non : ce n'est pas une évolution et une société que nous voulons. Nous protégeons nos libertés et nos droits civiques quand ils sont menacés […] Nous devons en exiger plus de nous-mêmes et des représentants élus. Nous pourrions commencer en décernant le prix à Edward Snowden, dont le nom symbolise un homme qui refuse de se plier à l'oppression et a donc vraiment changé l'histoire ».

Andrei Sakharov, dont le nom est à l'origine du « prix européen pour la liberté d'esprit », était un dissident et physicien soviétique qui a cherché « à faire prendre conscience du danger de la course à l’armement nucléaire ». Il a défendu des prisonniers et victimes de procès politiques.  Le prix Nobel de la paix lui a été décerné en 1975, mais le Russe n'a pas pu quitter l'Union soviétique pour aller le chercher.

Le Parlement a créé le prix Sakharov en 1988 pour « récompenser des personnalités ou des collectifs qui s'efforcent de défendre les droits de l'Homme et les libertés fondamentales ».

Des personnalités marquantes ont reçu le prix européen au cours des dernières années, dont : Aung San Suu Kyi en 1990, l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan en 2003 ou les activistes du printemps arabe en 2011.

Contexte

Le lanceur d'alerte Edward Snowden a révélé que les autorités américaines avaient eu accès à des données à caractère personnel sur les serveurs de sociétés de l'Internet.

Les Européens ont réagi avec colère à ces allégations. Ils affirment que ce type d'activité confirme leurs craintes à propos de la portée des géants américains de l'Internet. Ces révélations montrent également la nécessité de règlements plus stricts alors que l’UE et les États-Unis sont sur le point de lancer des négociations commerciales.

Prochaines étapes

  • 12 sept. 2013 : date butoir pour les nominations
  • 16-17 sept. 2013 : présentation des candidats sélectionnés à Bruxelles lors d'une réunion conjointe des commissions des affaires étrangères et du développement ainsi que de la sous-commission des droits de l'Homme
  • 10 oct. 2013 : la conférence des présidents désigne le lauréat pour le prix Sakharov au Parlement européen à Strasbourg
  • Nov. 2013 : cérémonie du prix Sakharov lors de la séance plénière au Parlement européen à Strasbourg

Plus d'information