L’OMC élimine les tarifs douaniers sur 200 produits technologiques

Europe's GPS industry could benefit from the ITA deal to cut trade tariffs

L'industrie du GPS en Europe pourrait bénéficier d'un accord ATI prévoyant l'élimination des tarifs douaniers. [Surrey County Council News/Flickr]

Après des mois de retard, les négociations de 80 pays autour de l’accord sur les technologies de l’information (ATI) ont enfin abouti le samedi 18 juillet lors d’une réunion organisée par l’OMC. 

L’OMC a fixé la date butoir du vendredi 24 juillet à midi pour que les pays impliqués dans les négociations approuvent l’accord permettant de supprimer les tarifs douaniers d’environ 200 produits technologiques. Parmi ces produits se trouvent les appareils GPS, les équipements médicaux et les semi-conducteurs, utilisés dans un grand nombre d’appareils, totalisant environ 1 000 milliards de dollars chaque année en accords commerciaux.

« Les échanges visés par cet accord sont comparables aux échanges annuels mondiaux de fer, d’acier, de textiles et de vêtements combinés », a déclaré le directeur général de l’OMC, Roberto Azevêdo le 18 juillet.

Les négociateurs impliqués dans l’accord, y compris l’UE, se sont rencontrés la semaine dernière pour essayer de conclure un accord. Le premier accord sur les technologies de l’information a été signé en 1996. Une fois que les ajouts à l’accord seront approuvés, ils entreront en vigueur l’été prochain.

>> Lire : L’UE et les États-Unis réfléchissent à un volet numérique du TTIP

Ces derniers mois, les négociations ont été bloquées à cause des désaccords sur certains types de produits. La Chine et la Corée du Sud ont essayé de retarder l’accord afin de protéger le marché de leurs écrans LCD et de leurs batteries au lithium, des produits clés pour le géant sud-coréen Samsung. La Chine et l’UE ne sont pas parvenues à se mettre d’accord sur les radios analogiques. La Chine avait déjà demandé d’exclure une longue liste de produits de l’accord.

« Maintenant que les problèmes majeurs ont été réglés, nous espérons qu’un nouvel ATI sera conclu », a déclaré John Higgins, directeur général de DigitalEurope, l’association professionnelle des technologies.

« Il convient de féliciter toutes les parties impliquées dans les négociations. Elles ont ouvert la voie à un accord qui donnera une grande impulsion au commerce mondial des produits technologiques, dont la plupart n’existaient pas lorsque le premier ATI a été signé », a-t-il affirmé.

Le porte-parole de DigitalEurope, Paul Meller, a affirmé que les télécoms, les fabricants de téléphones et l’industrie du GPS seront ceux qui bénéficieront le plus de l’accord.

L’association européenne de l’industrie des semi-conducteurs (ESIA) soutient l’ATI mais n’a pas souhaité faire de déclarations. Pour la même association, mais américaine, cet accord « est une victoire bien méritée pour l’industrie des semi-conducteurs et le secteur de la haute technologie en général ». L’industrie des semi-conducteurs est dominée par plusieurs entreprises américaines, dont Intel. 

Prochaines étapes

  • 24 juillet : date butoir pour les négociateurs pour parvenir à un accord sur les technologies de l'information (ATI).