EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

24/01/2017

Retour à l’école pour les fonctionnaires européens

Société de l'information

Retour à l’école pour les fonctionnaires européens

Harlem Désir détaille les différents accomplissement de l'UE devant les élève du lycée Claude Monet

Le ministre des Affaires européennes, Harlem Désir, a lancé le programme « Retour à l’école » en France. Une initiative qui vise à sensibiliser une génération qui n’a « connu que l’euro » à la construction européenne. 

Au Lycée Claude Monet dans le 13ème arrondissement de Paris, une centaine d’élèves sont rassemblés dans l’auditorium. Ils attendent Harlem Désir, le secrétaire d’État aux Affaires européennes, qui se rend dans cet établissement parisien où il a été scolarisé de la 3ème à la terminale pour expliquer à ses successeurs les enjeux de l’Union européenne.

Conférences sur l’Europe

Un exercice auquel les élèves de Claude Monet sont déjà habitués. « Nous avons déjà eu un cycle de conférences sur l’Europe et notamment sur la crise, au cours duquel est intervenu l’économiste Dominique Plihon » explique Salomé, élève de terminale ES.

Si l’ancien premier secrétaire du Parti socialiste revient dans ce lycée qu’il a quitté en 1978, c’est pour faire découvrir l’Europe d’un peu plus près à une génération qui a toujours connu l’euro, Schengen ou Erasmus.

« L’Europe aujourd’hui vous parait évidente » a rappelé le secrétaire d’État, « car vous êtes la génération qui n’aura presque connu que l’euro ». « Maintenant il vous faudra ajouter à votre citoyenneté française une nouvelle patrie qui sera l’Europe ».

Harlem Désir a donné le coup d’envoi du programme spécifique d’échange entre fonctionnaires européens et étudiants « Back to school ». Un dispositif mis en place en 2007 par le gouvernement allemand, lorsque le pays occupait la présidence tournante de l’Union européenne. Il propose aux membres du personnel des institutions européennes de s’inviter le temps d’une journée dans une école – de préférence celle où ils ont eux-mêmes été élèves.

Depuis, la Commission européenne et les pays européens ayant successivement occupé la présidence tournante ont soutenu le dispositif. Mais la France n’y avait jamais pris part, malgré sa présidence tournante de 2008.

« Back to school »

« Le programme Back to school a déjà reçu plus de 250 candidatures de la part de fonctionnaires européens français, principalement de la Commission » se réjouit un membre du cabinet d’Harlem Désir.

« Une belle performance pour une première année de lancement, puisque l’Allemagne, à l’origine du programme, compte environ 300 fonctionnaires participant aux interventions dans les établissements scolaires chaque année » poursuit le conseiller.

« Nous avons lancé l’opération dans toute la France » a précisé Harlem Désir lors de son intervention devant les lycéens. Le programme se déroulera du 27 avril au 7 juin 2015, une façon d’animer la fête de l’Europe, qui se déroule le 9 mai dans l’UE.

Parler d’Europe

Le secrétaire d’État aura été le premier ambassadeur de ce programme de discussion sur l’Europe. Les élèves l’ont interrogé sur l’avenir de l’intégration européenne, la cohérence de la politique étrangère des vingt-huit, notamment en Libye ou sur les effets de la montée des partis extrémistes dans les différents Etats membres.

« Et les réponses m’ont semblé claires. C’est bien d’avoir quelqu’un de son pays pour répondre aux questions sur l’Europe, car il comprend notre contexte et nos interrogations » estimé Salomé.

Le programme a d’ailleurs remporté un certain succès depuis son lancement. « Nous n’avons aucune étude d’impact formelle, mais les écoles qui ont déjà participé à l’exercice nous font régulièrement des retours et apprécient cette manière personnelle de sensibilisation à l’Europe » a expliqué un porte-parole de la Commission à EurActiv.

En 2014, 700 fonctionnaires européens ont participé au dispositif, intervenant auprès de 64 000 étudiants dans 21 Etats membres différents.

Contexte

Le projet «Retour à l'école» propose aux membres du personnel des institutions européennes de s'inviter le temps d'une journée dans une école - de préférence celle où ils ont eux-mêmes été élèves.

Cette initiative a été lancée en 2007 par le gouvernement allemand à l'occasion de la présidence allemande de l'UE et a été soutenue par la Commission. Les présidences successives du Conseil de l'UE ont pris le relais.