Un gisement de gaz majeur découvert au large de l’Égypte

L'Égypte est le plus grand pays africain hors OPEP en termes d’extraction de pétrole, ainsi que le deuxième producteur de gaz naturel sec du continent. [Thintruman/Flick]

Le groupe énergétique italien Eni a annoncé avoir découvert l’un des plus grands gisements de gaz au monde au large des côtes égyptiennes. 

Le groupe énergétique italien Eni a annoncé avoir découvert l’un des plus grands gisements de gaz au monde au large des côtes égyptiennes.

La société italienne estime que ce nouveau gisement pourrait contenir jusqu’à plus de 9 000 milliards de mètres cubes de gaz, soit l’équivalent de 5,5 milliards de barils de pétrole. Il est situé à 1 450 mètres sous la surface et couvrirait 100 kilomètres carrés.

Les plus grands gisements dont l’existence a été prouvée se trouvent actuellement en Iran et en Russie, et contiendraient respectivement 34 000 et 32 000 milliards de mètres cubes de gaz.

Le gisement de Zohr « pourrait devenir l’une des plus grandes découvertes de gaz au monde » et fournir du gaz à l’Égypte pendant des décennies, souligne Eni. 

« Cette découverte historique pourrait transformer le paysage énergétique égyptien », a déclaré Claudio Descalzi, directeur général de la société, à la BBC.

L’Égypte devrait en effet utiliser elle-même la plus grande partie de ces réserves de gaz et exporter son excédent. Le gaz pourrait être extrait grâce aux installations d’Eni qui se trouvent dans la région du gisement. L’entreprise possède tous les droits d’exploitation dans cette zone, et représente la plus grande société énergétique étrangère en Afrique.

En juin, Eni a obtenu le droit de faire de la prospection du ministère du Pétrole égyptien, lors de la signature d’un accord de près de 2 milliards d’euros. La société est donc à présent en mesure d’explorer le Sinaï, le golfe de Suez, la Méditerranée et certaines zones du delta du Nil. 

D’autres importantes découvertes de ce type ont été réalisées en Méditerranée ces dernières années, notamment dans les eaux israéliennes. Jérusalem a d’ailleurs beaucoup investi dans l’exploitation de Leviathan, un gisement au large de ses côtes, dans le but de vendre du gaz à son voisin égyptien, afin que celui-ci ne devienne pas un client de l’Iran. Pour Israël, la découverte de cette réserve n’est donc pas forcément une bonne nouvelle.

Plus d'information