EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

26/07/2016

L’UE favorable à des systèmes de transport intelligents

Transport

L’UE favorable à des systèmes de transport intelligents

Westbahn.jpg

Voyager en Europe en train, en car ou par d’autres moyens serait plus simple si les gouvernements nationaux partageaient leurs informations et faisaient appel à des technologies de planification de voyage, estiment des fonctionnaires de l’UE qui encouragent l’efficacité des transports.

Les ministres des transports et de la communication réunis à Nicosie cette semaine ont discuté des progrès sur la mobilisation de systèmes de transport intelligents (STI) pour pallier certains des problèmes auxquels les voyageurs sont souvent confrontés.

Certains d'entre eux ne peuvent par exemple pas planifier de connexion entre les trains et les bus dans leurs voyages internationaux, ou ne reçoivent pas d'informations en direct sur le trafic routier ou la météo.

Siim Kallas, le vice-président de la Commission européenne en charge des transports, a envisagé avec les ministres différents moyens d'exploiter les nouvelles  technologies pour faciliter la préparation des voyages et s'assurer que les objectifs du plan d'action de 2008 et de la directive de 2010 pour le déploiement des STI soient atteints en 2014 au plus tard.

« Pour faire le meilleur usage de tous les modes et infrastructures de transport existants, nous devons garantir la disponibilité, l'accessibilité et l'échange de toutes les informations utiles, telles que les horaires, la capacité et les routes », a déclaré M. Kallas dans un communiqué.  

Améliorer la planification et l'information dans les transports « facilitera la diffusion de nouveaux services tels que la planification d’itinéraires ou la réservation et le paiement intelligents, en dépassant les frontières nationales et en proposant un éventail de modes de transport, tant pour les passagers que pour le fret », a-t-il ajouté.

Moins de retard et de trafic

Les fonctionnaires de l'UE estiment qu'en améliorant la planification des trajets et le partage des informations, les retards seront réduits de 20 % et les accidents de la route de 30 %. Les STI sont un moyen rapide et peu coûteux d'améliorer la mobilité.

« Les coûts de développement de ces systèmes ne sont pas si importants comparé aux infrastructures traditionnelles comme les routes et les tunnels », a déclaré Fotis Karamitsos de la DG des transports de la Commission européenne, lors d'une conférence de presse hier (17 juillet) à l'issue de la réunion ministérielle.

« Nous pourrions évoluer bien plus rapidement qu'en construisant des routes et des tunnels », a ajouté M. Karamitsos.

La réunion ministérielle informelle a porté sur la combinaison des actions de la stratégie numérique de l'UE et du livre blanc sur les transports de 2011 dans le but d'améliorer le développement économique et l'intégration.

L'initiative de Bruxelles pour appliquer les technologies de communication dans les systèmes de transport vise surtout à trouver des solutions contre les embouteillages de plus en plus répandus. Selon les chiffres utilisés par la Commission, le transport routier de marchandises devrait augmenter de 55 % et le transport de passagers de 36 % d'ici 2020.

L'une des conséquences directes de la multiplication des embouteillages est l'augmentation de la consommation d'énergie, qui a un impact négatif sur l'environnement. Les émissions de dioxyde de carbone des transports devraient augmenter de 15 % d'ici 2020, selon les chiffres de l'UE.

Mauvaise coordination

Selon M. Kallas, les STI sont trop éparpillés et fragmentés dans la plupart des régions d'Europe pour que les trajets puissent être optimisés. Dans un communiqué en amont des réunions à Chypre, qui exerce la présidence tournante du Conseil de l'UE, il a montré du doigt le manque de coordination et de partage d'informations entre les gouvernements, qui selon lui met un frein à la planification.

Les fonctionnaires européens et des associations de voyageurs ont avancé qu'une meilleure coordination des transports terrestres aurait pu pallier certaines des difficultés rencontrées lorsque le nuage de cendres d'un volcan islandais a cloué tous les avions au sol pendant plusieurs jours en 2010. En conséquence, les trains et les cars s'étaient retrouvés bondés.

Les gouvernements nationaux ont toutefois mis du temps à apprendre les leçons de cet incident, notamment en ce qui concerne la mise en oeuvre d'un plan d'intégration de la gestion du trafic aérien. 

La meilleure coopération sur les transports s'inscrit dans le cadre de politiques européennes plus larges visant à créer un secteur du voyage plus efficace et plus sûr. L'UE met actuellement au point un système d'alerte d'urgence dans les véhicules, eCall, qui utilise le numéro d'urgence paneuropéen, le 112. La Commission souhaite exploiter le mécanisme pour l'interconnexion en Europe et Horizon 2020 pour financer en partie le déploiement des STI.

L'UE a tenté d'encourager le développement des STI en partageant des informations du secteur public (comme les cartes numériques, les informations sur la météo et le trafic, les horaires et les tarifs de transport) et souhaite promouvoir la réutilisation de ces informations pour stimuler le développement commercial, l'un des objectifs de la stratégie numérique.

Les STI ne font cependant pas l'unanimité. L'autorité européenne de protection des données s'est déjà interrogée sur la collecte de données personnelles pour facilité la délivrance de billets ou servir aux systèmes de guidage qui suivent des individus, des initiatives qui pourraient représenter des infractions aux lois sur le respect de la vie privée.

Réactions

Dans un communiqué publié à Nicosie, la présidence chypriote a déclaré que les infrastructures avancées de transport et de télécommunications étaient essentielles pour la croissance économique et la compétitivité. « En promouvant des politiques d’ouverture des données publiques et en tenant compte de la multimodalité par le biais de la mise en place de systèmes de transport intelligents (STI), la Présidence chypriote espère contribuer notablement à une mise en œuvre réussie de ces infrastructures », peut-on lire dans un communiqué publié en amont de la réunion ministérielle des 16 et 17 juillet à Chypre.  

« Le développement de réseaux transeuropéens de transport et de télécommunications, qui fait partie du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE), pourrait être plus efficace si l'on intégrait ces deux politiques centrales », a commenté le ministre de la communication et des travaux publics, Efthymios Flourentzou

Contexte

Les systèmes de transport intelligent (STI) impliquent le partage d'informations et l'utilisation de technologies de communication (comme les ordinateurs, les satellites, les puces et capteurs électroniques) pour tous les modes de transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime), pour les passagers et le fret.

Ces services incluent par exemple les systèmes de navigation GPS, l'information sur le trafic et des estimations sur les temps de trajet envoyées aux radios des automobilistes sur l'autoroute ou des informations en temps réel dans les gares routières.

En décembre 2008, Bruxelles a publié un plan d'action pour le déploiement de technologies intelligentes à travers les réseaux de transport européens. Ce plan avait pour but de réduire le nombre d'accidents mortels sur les routes, les embouteillages et les émissions de gaz à effet de serre du trafic routier (EurActiv 17/12/08).

Lors d'une réunion à Chypre les 16 et 17 juillet derniers, les ministres des transports et de la communication ont discuté du potentiel de la stratégie numérique de l'UE et du livre blanc sur les transports de 2011 dans le but d'améliorer le développement économique et l'intégration. Ils ont également souligné l'importance de la planification des voyages, qui pourrait faciliter le transport de marchandises dans l'UE.

Prochaines étapes

  • 27 août 2013 : la Commission européenne devrait publier un rapport d'étape sur la mise en oeuvre des STI.
  • 2015 : le second rapport d'étape de la Commission européenne devrait être publié.

Plus d'information

Union européenne

Présidence chypriote : Ministerial meeting discussion paper

Commission européenne : Directive sur les STI  (2010/40/EU)

Commission européenne : Stratégie numérique

Commission européenne : M. le vice-président Kallas s’entretient avec les ministres sur la manière de faire des systèmes de transport intelligents une réalité

Commission européenne : Systèmes de transport intelligents

Associations professionnelles

ITS.be : Site Internet