EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

23/01/2017

Le Tyrol veut capitaliser sur la COP21 pour régler ses problèmes de trafic routier

Transport

Le Tyrol veut capitaliser sur la COP21 pour régler ses problèmes de trafic routier

Le futur emplacement du tunnel de base du Brenner.

[Monika Bargmann/Flickr]

Après la COP 21 à Paris, la région du Tyrol autrichien espère une réduction du trafic qui ne cesse de s’intensifier au col du Brenner, à la frontière austro-italienne. Un article d’EurActiv Allemagne.

Les derniers chiffres montrent que le trafic routier au col du Brenner a encore sensiblement augmenté. Au moins 1,9 million de poids-lourds et autres véhicules lourds ont donc traversé la frontière par l’autoroute A12, soit une augmentation de 3,5 % depuis l’an passé. Le mois dernier a ainsi vu quelque 10 000 véhicules lourds de plus utiliser le col qu’en novembre 2014.

Bien que très réticente, Vienne a été obligée de réduire le prix des péages en vertu du droit européen, ce qui a encore aggravé le problème.

La directive européenne de l’eurovignette régit en effet les péages routiers, et stipule que les revenus engendrés ne doivent pas dépasser le coût des infrastructures. La France gèle l’écotaxe poids lourd qui se généralise en Europe

L’ONG Transitforum a dénoncé l’impact du trafic routier intense sur la région et la responsabilité de la réduction des péages, qu’elle considère comme une « attaque brutale » de l’environnement.

>> Lire : La France gèle l’écotaxe poids lourd qui se généralise en Europe

L’Autriche avait déjà tenté d’interdire le passage à certains véhicules, mais cette initiative avait été annulée en décembre 2011 par un jugement de la Cour de justice européenne, saisie par la Commission. Le gouvernement régional est en train de rédiger une nouvelle législation sur le sujet. Une interdiction pourrait donc frapper les poids-lourds qui transportent certains types de biens dans le courant de l’année prochaine. Cette mesure permettrait de réduire le 200 000 le nombre de véhicules utilisant le col du Brenner.

Sans mesure de réduction du trafic, le col pourrait en effet voir passer pas moins de 2 millions de véhicules en 2016.

>> Lire : SNCF : la LGV Paris-Strasbourg mise en service en juillet 2016 ?

Les espoirs des défenseurs de l’environnement reposent à présent sur Andrä Rupprechter, ministre fédéral de l’Agriculture, de l’Environnement, des Forêts et de la Gestion de l’eau. Le ministre qui soutient le Tyrol a participé à la COP 21 et est bien placé pour faire aboutir les mesures nécessaires. Le tunnel de base du Brenner pourrait également être une solution, même s’il ne sera pas ouvert avant 2025. Cette nouvelle connexion ferroviaire a été conçue justement pour alléger le trafic à la frontière et reliera Munich à Verona.

Le tunnel lui-même fera 64 km de long et s’inscrira dans l’axe Berlin-Palerme, une connexion de quelque 2 200 km, notamment promu par le réseau transeuropéen de transport (RTE-E). D’ici son ouverture, les communautés alpines devront sans doute faire avec le trafic routier intense des zones frontalières.