Le recul de l'énergie solaire s'annonce positif pour le secteur des énergies renouvelables

  

Le recul de l'énergie propre causé par la surcapacité sur le marché des panneaux solaires pourrait étonnamment bénéficier à l'industrie naissante des énergies renouvelables, selon des experts du secteur.

« Nous allons assister à une contraction et à une consolidation de ce secteur, mais je pense que cela sera bénéfique pour l'environnement dans la mesure où la plupart des petits commerces établis rapidement qui ont inondé le marché des panneaux solaires ne résisteront pas à cette nouvelle vague », a déclaré à EurActiv Christopher Burghardt, le vice-président de l'entreprise énergétique First Solar.  

« Cette vague nous guidera vers une industrie bien plus mature, par rapport à la croissance débridée de ces dernières années », a-t-il ajouté. « Lorsqu'un marché explose, tout le monde s'y précipite, c'est la ruée vers l'or ».

La demande en panneaux solaires a explosé au cours des dernières années, en particulier en Allemagne et en Italie, où les ventes ont grimpé de 87 % l'année dernière.

Les objectifs 2020 de l'UE faisaient la part belle au marché des panneaux solaires et, alors que les économies d'échelle ont mené à une chute des coûts de fabrication, les prix ont commencé à suivre le même chemin, passant d'une moyenne de 1,75 $ (1,26 € ) par watt au début de l'année 2011 à 1,10 $ (0,79 €) attendu pour la fin de l'année.

En 2011, les subventions nationales (ou « tarifs de rachat ») ont dès lors chuté, alors que l'énergie solaire frôlait la parité de marché avec les autres formes d'électricité, réduisant ainsi la demande.

Ces mouvements ont entraîné un surplus de panneaux solaires partout dans le monde, au moment même où la Chine faisait son entrée sur le marché de l'énergie propre avec un investissement colossal de 30 milliards de dollars (21,5 milliards d'euros) dans l'industrie solaire.

En conséquence, le marché s'est retrouvé inondé par une suproduction de panneaux solaires. Les ventes annuelles en Allemagne devraient chuter de plus de 30 %, et la demande mondiale pour les panneaux solaires d'environ 10 %.

Un scénario en dents de scie

Lors d'une conférence organisée par Eurelectric qui s'est déroulée la semaine dernière, Reinhold Butgereit, le secrétaire général de l'association européenne de l'industrie photovoltaïque (EPIA) a déclaré que la perspective d'un repli ne l'inquiétait pas outre mesure.

Mais « le principal, c'est de trouver un moyen acceptable et le plus rentable possible d'harmoniser le système des [tarifs de rachat] », a-t-il déclaré.

Sur le continent américain, ce scénario en dents de scie a été révélé par la faillite de l'usine de panneaux solaires Solyndra, qui a dû licencier 1100 employés, après avoir reçu 535 millions de dollars (384 millions d'euros) en garanties de prêt fédérales.

First Solar a également bénéficié, indirectement, d'une garantie de prêt de 3,073 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros) assurée par le ministère américain de l'énergie. Environ 1,46 milliard de dollars (1,05 milliard d'euros) de cette garantie ont été utilisés par un consortium de prêteurs, réunissant Goldman Sachs, Lending Partners LLC et Citigroup, pour l'allocation de prêts.

Selon M. Burghardt, ces garanties ont représenté un « vecteur clé » pour les projets de First Solar. Il a affirmé que son entreprise produisait les panneaux solaires les moins coûteux du marché.

« Les projets pour lesquels nous bénéficions de garanties de prêt sont solides », a-t-il soutenu. «Ils ont reçu l'approbation des banques et des compagnies d'assurances quant à leur mise sur le marché. La question de la prise de risque pour le gouvernement ne se pose pas, car ces projets sont sûrs ».

Avec la chute des coûts de l'énergie solaire, sa compétitivité avec les sources d'énergie fossile ne peut que s'améliorer, à long terme.

M. Burghardt a expliqué que la période actuelle de consolidation de l'industrie présenterait « un aspect positif » à long terme, dans la mesure où elle devrait permettre une production inférieure aux coûts d'investissement, en prenant en compte un facteur de « tolérance au risque ».

La Chine

Dans le même temps, les partisans de l'énergie solaire ont noté que, malgré l'effondrement de Solyndra, le nombre d'installations solaires avait doublé aux États-Unis et que l'emploi dans ce secteur avait augmenté de 6,8 % l'année dernière, soit 10 fois plus vite que l'économie dans son ensemble.

David Nelson, un haut directeur de l'initiative pour des politiques climatiques, a récemment déclaré, lors d'une réunion à Bruxelles, que la réduction des coûts liée au surplus pouvait avoir des effets très positifs si davantage de panneaux étaient vendus sur le marché intérieur chinois. 

« Seule la Chine est capable d'absorber ces surplus », a-t-il affirmé, « et si la Chine va dans ce sens, le repli du marché [de l'industrie solaire] ne sera en rien aussi inquiétant que vous le pensez à présent ».

« Tout cela dépend réellement de la Chine », a-t-il ajouté.

Réactions: 

Prochaines étapes: 

Liens externes: 
Publicité