Les trois paradoxes de la qualité de l'air

  
Avertissement : les opinions exprimées dans cette rubrique sont celles des auteurs et ne reflètent pas les vues d'EurActiv

La pollution de l'air nous tue en silence, notamment en raison des particules de poussière qui ne montrent leurs effets mortels sur la santé de l'Homme qu'après des années d'exposition chronique. Mais il ne s'agit que de l'un des trois paradoxes de la qualité de l'air, affirme Myriam Tryjefaczka de Camfil Farr, une entreprise suédoise qui produit des systèmes de ventilation et de filtrage de l'air.

Publicité