Cloud computing : menace ou aubaine pour les professionnels de l'informatique ?

-A +A

Le cloud computing modifie la manière dont travaillent les professionnels de l'informatique. Cette nouvelle technologie va-t-elle entraîner des suppressions de postes ? Les fournisseurs de services dans le nuage affirment que cela est peu probable.

Les fournisseurs de services de cloud computing affirment que grâce à leurs logiciels, infrastructures ou plateformes, il sera possible de réduire de moitié les dépenses informatiques des entreprises.  Cette affirmation soulève la question de savoir si cette évolution entraînera également des licenciements.

L'argument en faveur de cette hypothèse est que le cloud computing permettra d'effectuer de manière automatique des tâches qui, auparavant, étaient effectuées par des employés qui ne seront donc plus nécessaires une fois cette automatisation mise en place.

Changement d'orientation

Les professionnels de l'informatique passeront d'emplois peu gratifiants à des emplois de pointe, a expliqué Richard Davies, directeur exécutif de la start-up britannique Elastic Hosts. 

Les services d'infrastructure et les opérations sur les données en interne passeront probablement aux mains de fournisseurs tels qu'Amazon, Google et Microsoft, et des équipes d'informaticiens devront configurer ces services, les intégrer dans les opérations quotidiennes des entreprises, faire les mises à jour et charger les données dans le nuage.

Cela ne signifie toutefois pas que les professionnels ne seront plus utiles pour les infrastructures, même si les entreprises comptent sur les fournisseurs de services de cloud computing pour leurs systèmes dorsaux. « Il faut vraiment s'y connaître, on ne peut pas gérer cela soi-même », a affirmé James Staten, analyste chez Forrester Research.

M. Davies reconnait que des techniciens des centres de données, ceux qui installent les serveurs sur site, risquent d'être licenciés dans les entreprises qui adoptent le cloud computing, mais le travail de ces techniciens dans de plus grandes entreprises travaillant dans le nuage pourrait devenir bien plus complexe.

Les analystes de systèmes de gestion en charge des opérations d'une entreprise, ainsi que les ingénieurs en intégration logicielle qui s'assurent que le nuage et l'entreprise restent connectés et à jour, pourraient voir leur charge de travail augmenter en fonction de la taille de l'entreprise et de ses opérations liées au cloud computing.

Les ingénieurs informatiques à la recherche d'un emploi ne sont pas du même avis : « Le cloud computing, c'est génial, mais avec le temps, certaines grandes entreprises fourniront presque tous les services de l'extérieur, laissant le personnel informatique interne sans emploi. Il est probable que seule une petite équipe d'informaticiens soit nécessaire pour fournir des services d'infrastructure dans les organisations », a affirmé Sebastian Bammer, ingénieur informatique à Vienne.

Bonne nouvelle pour les jeunes diplômés

Les postes dans le secteur de l'informatique restent toutefois parmi les plus convoités par les jeunes diplômés en cette période de récession.

Selon Forbes, les concepteurs de logiciels feront partie des professionnels les plus recherchés en 2016. 

Les professions du secteur de l'informatique arrivent neuvièmes sur une liste des 10 secteurs d’emploi qui ont le mieux résisté à la récession, selon l'entreprise de recrutement Hays.

Les partisans du cloud computing arguent que ce phénomène entraînera une croissance du secteur et donc du nombre d'emplois qui y sont liés.

« La raison pour laquelle beaucoup se trompent sur les effets du cloud computing sur l'emploi est que bon nombre de personnes envisagent ce bouleversement dans un environnement statique », a expliqué Ben Golden, directeur exécutif de la société de conseil HyperStratus en Californie.

« Le secteur de l'informatique n'a jamais été statique, et il ne le sera pas non plus face à l'émergence du cloud computing », a-t-il affirmé.

Liens externes: 
Publicité