Daniel Calleja Crespo demande un « test PME » pour les projets de loi

-A +A

 

 

Les Etats membres de l'UE devraient avoir recours à un « test PME » pour s'assurer que les projets de loi ne vont pas à l'encontre de la croissance des petites entreprises. C'est ce que propose l'envoyé spécial de l'UE pour les PME, qui a également demandé que des fonds pour la recherche soient alloués aux petites entreprises.

Lors d'un entretien accordé à EurActiv, Daniel Calleja Crespo a également évoqué qu'un nouvel instrument du prochain budget à long terme de l'UE pour 2014-2020 allouerait des financements aux PME qui feront preuve d'un potentiel de croissance, peu importe qu'elles se concentrent sur la recherche et l'innovation ou non.

Le nouveau réseau d'envoyés spéciaux des PME a été mis en place suite à une décision des ministres de l'UE en charge de la compétitivité, en mars 2011. Ils se sont réunis  pour la première fois le 14 septembre et se sont mis d'accord sur un certain nombre de « livrables », a déclaré M. Crespo.

Ceux-ci impliquent des questions qui sont depuis longtemps en tête du programme des PME. Par exemple, les envoyés spéciaux se sont accordés sur le fait qu'il devrait être possible, dans tous les Etats membres, de monter une entreprise en trois jours pour un coût qui n'excèderait pas 100 €.

Ils ont également décidé de faire pression pour améliorer l'accès des PME aux financements, par le biais de mesures augmentant la disponibilité et l'utilisation de garanties bancaires pour les PME, ainsi que des microcrédits pour les start-ups et les microentreprises.

Le blocage des lois, une proposition audacieuse

Toutefois, l'idée d'un blocage de toute nouvelle législation, au niveau européen comme au niveau national, est une proposition plus audacieuse qui, si elle était finalement adoptée, créerait un nouveau « test PME » obligeant les Etats et l'exécutif européen à n'adopter de nouvelles lois qu'après un examen spécial de leur impact potentiel sur les PME.

Exerçant un lobbying acharné pour le prochain budget à long terme de l'UE, les PME ignorent encore si les mécanismes de financement seront mis à disposition de toutes les entreprises, ou s'ils ne viseront que celles qui se concentreront sur les priorités phares d'innovation de la Commission, telles que le programme de « vieillissement actif et en bonne santé ».

M. Crespo a toutefois confirmé qu'un nouvel instrument de financement, actuellement en développement, serait consacré à l'allocation de fonds aux PME qui montreront un potentiel de croissance, indépendamment de leur capacité à répondre à des priorités spécifiques à certains secteurs.

Les fonds ne seront pas exclusivement réservés aux priorités

« Il est vrai qu'en ce qui concerne les programmes de recherche et d'innovation, la Commission prévoit de mettre un accent particulier sur les plus grands défis sociétaux », a déclaré M. Crespo.

Il a ajouté qu'un nouveau programme pour la compétitivité entrepreneuriale et les PME, toujours en développement, donnerait lieu à un fonds pour la croissance, et à un fonds de garantie pour les prêts. Le fonds pour la croissance sera alimenté par des investissements effectués par le Fonds européen d'investissement (FEI) ou par fonds de fonds, établis conjointement par le FEI et des investisseurs privés ou des institutions financières.

« Les fonds investis directement viseraient des entreprises orientées sur la croissance, et non pas avant tout fondées sur l'innovation et la recherche », a ajouté M. Crespo.

Le programme américain d'innovation et de recherche des petites entreprises est un modèle international d'aide aux PME qui est étudié de près par l'exécutif européen, a également révélé l'envoyé spécial.

Développé dans les années 1980, il oblige toutes les agences fédérales américaines à mettre de côté un faible pourcentage de leur budget de recherche pour exploiter les recherches des PME.

« Nous étudions de près ce programme et c'est un bon exemple de la manière dont on peut trouver de l'inspiration et s'inspirer de bonnes pratiques dans d'autres pays », a-t-il poursuivi.

Pour lire cet entretien dans son intégralité, veuillez cliquer ici.

Réactions: 

Prochaines étapes: 

Liens externes: 
Publicité