La victoire de la coupe du monde de football pourrait compenser la récession en Espagne, selon les économistes

-A +A

Alors que le Fonds Monétaire International a prédit une réduction de 0,4% dans l’économie espagnole pour cette année, les économistes ont noté que l’euphorie engendrée par la victoire de l’Espagne de la coupe du monde FIFA pour la première fois dans son histoire hier (11 juillet) pourrait stimuler la croissance jusqu’à 0,7%.

D'après les économistes, gagner la Coupe du Monde déclenche un facteur de bien-être dans la nation en question, dynamisant la confiance du consommateur et les dépenses des ménages.

Des économistes du groupe bancaire néerlandais ABN Amro, par exemple, sont certains que lever le trophée à un impact positif sur l'économie d'un pays. Ils remarquent que la croissance économique parmi les champions du monde a tendance à dépasser celle du finaliste qui a perdu pendant l'année de la Coupe de monde.

Le vainqueur bénéficie d'un bonus économique moyen de 0,7 % de croissance supplémentaire, alors que le finaliste perdant souffre d'une perte moyenne de 0,3 % comparé à l'année précédente, écrivent-ils dans un rapport intitulé Soccernomics 2006.

Le rapport attribue la majeure partie de la croissance économique aux fêtes organisées pour célébrer la victoire, qui génèrent des recettes et marchent particulièrement bien dans les bars et les supermarchés. La vente de souvenirs commémorant la victoire est citée comme une autre source de dynamisation.

Même si les effets macro-économiques sur les marchés financiers ne suffisent pas à transformer la récession en essor économique, ils ne doivent pas être sous-estimés, insiste le rapport.

Les économistes pensent également que la nation gagnante attirant le regard du reste du monde, celle-ci peut établir plus facilement des relations commerciales avec les autres pays et attirer de nouveaux investissements d'entreprises en son sein.

L'économie espagnole va peut-être monter désormais, au lieu de se résorber de 0,4 % cette année comme prévu.

Toutefois, avec un taux de chômage avoisinant les 20 % et de fortes réductions budgétaires en perspective, les économistes ne prévoient pas de hausse majeure dans l'économie du pays, mais soulignent que la victoire pourrait aider à empêcher un recul économique sur toute l'année (EurActiv 28/05/10).

Réactions: 

Prochaines étapes: 

Liens externes: 
Publicité