Sport et handicap [FR]

  

Malgré les efforts réalisés pour promouvoir l’égalité des chances en Europe, de nombreux enfants et adultes souffrant de handicaps ne jouissent toujours pas de leur plein droit à pratiquer des activités physiques et sportives comment ils le souhaitent.

Onglets horizontaux

Vue d'ensemble

Plusieurs sports ont été spécifiquement créés pour les personnes handicapées et n’ont donc pas d’équivalent dans les sports pour personnes valides. 

Les personnes souffrant de handicaps physiques ou intellectuels peuvent participer à des compétitions internationales similaires aux Jeux olympiques, comme les Jeux paralympiques, les Special Olympics  et la Coupe du monde handisport

Dans le cadre de l’Année européenne de l’éducation par le sport 2004 (AEES), la Commission a financé environ 200 projets, dont 37 destinés à utiliser le sport comme un meilleure moyen d’intégrer les groupes socialement défavorisés, notamment les personnes handicapées. 

Dans la continuité de l’AEES, la première rencontre européenne d’experts sur le sport et le handicap (octobre 2005) appelait les Etats membres à échanger les meilleures pratiques et à identifier les domaines d’action potentiels au niveau national pour utiliser le sport comme un instrument d’emploi et d’inclusion pour les personnes handicapées (voir le résumé  des données des Etats membres publiées en mars 2006). 

Le livre blanc de la Commission sur le sport, adopté en juillet 2007, propose un certain nombre d’actions à mettre en œuvre et soutenues par l’exécutif européen dans trois domaines, notamment le rôle sociétal du sport. Le plan d’action  annexé au livre blanc indique que la Commission va tenir compte de l’importance du sport pour les personnes handicapées et soutiendra les actions des Etats membres dans ce domaine (voir la stratégie de l’Union européenne en matière de handicap).

La Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées, adoptée en mars 2007, protège les personnes handicapées de tous types de discrimination et couvre les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels. La Convention n’oblige pas seulement les parties signataires à adapter leurs lois et réglementations à ce principe, mais également à garantir l’évolution réelle des pratiques afin de mieux intégrer les personnes handicapées dans la société. 

Les Communautés européennes ont signé cette Convention, mais pas le protocole additionnel créant une procédure de plainte, dont la portée a été considérée comme trop importante par certains Etats membres (EurActiv 02/04/07). Le protocole facultatif permet aux particuliers ou groupes de particuliers estimant être victimes d’une violation de leurs droits de présenter des pétitions à un comité d'experts des Nations Unies, une fois que tous les procédures de recours au niveau national ont été épuisées.

Les citoyens handicapés représentent actuellement près de 10 % de l’ensemble de la population européenne, tandis qu’une récente enquête de l’Eurobaromètre  sur la discrimination a montré que la législation en la matière n’est pas encore suffisamment mise en œuvre dans l’UE. 

Publicité