A Zemmour le débat, à Le Pen la présidentielle, plaide un eurodéputé RN

Eric Zemmour a dit dimanche estimer que "peut-être qu'il faut passer à l'action", alors qu'il "fai(t) de plus en plus de propositions". [ETIENNE LAURENT/EPA]

L’eurodéputé RN Jérôme Rivière a estimé lundi que le polémiste Eric Zemmour ne doit pas se présenter à la présidentielle, comparant le « duo » avec Marine Le Pen, qu’il doit selon lui former, à celui constitué par l’intellectuel « Raymond Aron et le général de Gaulle ».

Interrogé sur RFI sur le risque pour la présidente du Rassemblement national d’une candidature de l’éditorialiste en 2022, M. Rivière a dit ne pas savoir si cette possibilité « la tracasse », mais qu’en tout cas « s’il avait vraiment envie d’être candidat, ce serait mieux qu’il ne le soit pas ».

Pour le président du groupe RN au Parlement européen, « Eric Zemmour est un intellectuel, un éditorialiste de talent, et pour faire un parallèle historique, il y a aujourd’hui dans le camp national Eric Zemmour et Marine Le Pen comme il y avait Raymond Aron et le général de Gaulle il y a quelques années », a-t-il affirmé.

Abandon du Frexit et écologie : pourquoi le programme du Rassemblement national fait peau neuve

En vue des élections régionales et présidentielles, le parti de Marine Le Pen semble vouloir retravailler sa feuille de route. Au programme : davantage d’écologie, mais plus de retour au franc.

« Vous avez une personnalité qui fait du débat, qui pose les choses sur un plan intellectuel, et de l’autre côté une personnalité qui est dans le domaine politique et va se présenter devant les électeurs » pour leur « proposer un projet », a-t-il détaillé, en jugeant que « c’est comme ça que les choses vont se résoudre dans les mois qui viennent ».

Interrogé plus tard sur LCI pour savoir s’il ne faisait pas référence au général de Gaulle et à son ministre André Malraux, il a répondu par la négative, assurant « parler clairement de Raymond Aron, le philosophe, journaliste, écrivain, qui tenait un éditorial au Figaro et qui comme Eric Zemmour était toujours dans une critique parce qu’il souhaitait aller plus loin, avait une vision extrêmement pure des choses, s’en tenant à un diagnostic ».

« Mais la présentation à une élection présidentielle, c’est un autre exercice », a-t-il conclu.

Les spéculations se multiplient sur les velléités d’Eric Zemmour, journaliste du Figaro, éditorialiste star de CNews, et condamné par le passé pour provocation à la haine raciale, de franchir le pas vers la politique active. Il a dit dimanche estimer que « peut-être qu’il faut passer à l’action », alors qu’il « fai(t) de plus en plus de propositions ».

Mais Marine Le Pen fait valoir qu’une candidature de cet « écrivain respecté et écouté » risquerait d’affaiblir « le camp national » et « aider Emmanuel Macron à arriver en tête ».

Eric Zemmour « ne mesure pas la difficulté : vouloir se porter candidat à la présidentielle veut dire avoir une vision de la France qui dépasse celle d’une chronique, quand bien même elle serait quotidienne », a commenté lundi la ministre délégué chargée de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher sur LCI.

Assistants d'eurodéputés du MoDem : un rapport de police confirme un "système" de détournement

Le rapport évalue le préjudice du Parlement européen à 1,4 million d’euros.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer