Assistants d’eurodéputés : les avocats de Mélenchon demandent la fin des investigations

La note aux fins de clôture d'instruction déposée par les conseils de M. Mélenchon en janvier n'a reçu aucune réponse des juges d'instruction chargés des investigations depuis novembre 2018 [YOAN VALAT]

Les avocats de Jean-Luc Mélenchon ont demandé aux juges d’instruction de mettre fin aux investigations sur les conditions d’emploi d’assistants d’eurodéputés de la France insoumise (LFI), ont-ils indiqué dimanche à l’AFP, confirmant une information du Journal du dimanche.

« Nous avons demandé aux juges d’instruction de clôturer la procédure en cours pour non respect du délai raisonnable », a indiqué à l’AFP Me Jade Dousselin, l’une des avocats du leader du parti d’extrême gauche, candidat à la présidentielle de 2022.

« Cette instruction n’a en réalité jamais existé puisque ni M. Mélenchon, ni aucun de ses assistants parlementaires n’ont été entendus par les juges dans ce dossier », a-t-elle ajouté.

La note aux fins de clôture d’instruction déposée par les conseils de M. Mélenchon en janvier n’a reçu aucune réponse des juges d’instruction chargés des investigations depuis novembre 2018.

« On refuse à Jean-Luc Mélenchon ce qui demeure les droits les plus fondamentaux de notre système judiciaire, à savoir connaître ce dont on l’accuse et pouvoir se défendre si tant est qu’il le faille », a regretté Me Dousselin.

Le parquet de Paris avait ouvert en 2017 une enquête préliminaire sur les conditions d’emploi d’assistants d’eurodéputés de LFI à la suite d’un signalement de la députée européenne Sophie Montel -alors membre du Front national-.

Puis une seconde enquête préliminaire avait démarré sur le financement de la campagne présidentielle de 2017 de M. Mélenchon avec un signalement, le 16 mars 2018, de la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP).

Dans le cadre de ces deux enquêtes, l’Office de lutte contre la corruption financière (Oclciff) a procédé notamment à 21 auditions et à des perquisitions simultanées, le 16 octobre 2018, sur 15 sites, dont le siège du parti à Paris, théâtre d’une grande tension.

Depuis novembre 2018 ces deux procédures sont entre les mains de juges d’instruction du pôle financier du tribunal judiciaire de Paris.

Dans le volet comptes de campagne, le conseiller d’Etat Bernard Pignerol, proche de M. Mélenchon, a été entendu par un juge d’instruction en février en tant que représentant légal de l’ « Ere du peuple », association qui a fourni des prestations pendant la campagne à LFI.

Puis la mandataire financière de M. Mélenchon, Marie-Pierre Oprandi, a été convoquée à son tour en mars au pôle financier.

Ces deux auditions, qui ont été suspendues et qui devraient reprendre dans les prochaines semaines, sont les premières menées par le magistrat instructeur.

Subscribe to our newsletters

Subscribe