COVID-19 : le complotisme n’épargne pas la République tchèque

Le gouvernement tchèque a été critiqué pour ne pas avoir mis en place une campagne de communication sur la pandémie COVID-19 depuis le début de l'épidémie. [Shutterstock/keport]

Environ 40 % des internautes tchèques croient aux théories du complot sur la pandémie de COVID-19, selon une enquête menée par l’agence STEM.

Alors que la moitié de la population est convaincue que le virus a été fabriqué en laboratoire, 10% des Tchèques pensent que le véritable objectif de la vaccination est d’injecter des micropuces dans le corps humain et de contrôler l’ensemble de la société. Dans le même temps, 6 % des internautes diffusent activement des informations sur le coronavirus par e-mail ou sur les réseaux sociaux.

Comme l’a souligné l’agence STEM, les Tchèques sont enclins à croire aux théories du complot mais, jusqu’à présent, cela n’a pas conduit à des boycotts ou à des mesures restrictives.

Les citoyens tchèques perdent également confiance dans les informations fournies par le gouvernement. Selon l’enquête, environ un cinquième des personnes interrogées ont déclaré ne pas faire confiance aux chaines publiques.

Le gouvernement tchèque a été critiqué pour ne pas avoir mis en place une campagne de communication sur la pandémie COVID-19 depuis le début de l’épidémie.

Le candidat choisi dans le cadre de la procédure de sélection du responsable de la communication au ministère tchèque de la santé devait prendre ses fonctions lundi, mais il a décidé de retirer sa candidature.

[édité par Mathieu Pollet]

Un observatoire pour traquer les fake news démarre à Florence

L’Observatoire européen des médias numériques, qui vise à analyser la désinformation, a été lancé le 1er juin à Florence. Financé par l’Union européenne, il réunit notamment des chercheurs et des experts en éducation aux médias. Un article d’Euractiv Italie.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer