Le PPE répond au Fillongate avec une résolution contre la corruption

D'après des sources, une résolution du PPE adoptée le 29 mars viserait directement le candidat à la présidentielle française, François Fillon. [Sarantis Michalopoulos]

Le Parti populaire européen a adopté une résolution indiquant qu’aucun scandale ne sera toléré dans les partis membres nationaux. Une réponse directe au Fillongate.

Dans une résolution adoptée par le congrès du PPE, les dirigeants du centre droit européen s’engagent à placer le combat contre la corruption « parmi les priorités des institutions européennes et des partis nationaux affiliés au PPE ».

Le PPE considère la corruption comme une « grave injustice sociale » qui détourne des ressources et des fonds publics « à mauvais escient, au détriment des contribuables et des citoyens les plus vulnérables », peut-on lire dans la résolution. « Nous n’accepterons ni ne tolérerons aucun type de corruption dans nos rangs. »

Des sources ont informé Euractiv que le scandale de François Fillon dans la campagne présidentielle française avait ébranlé le PPE, ce qui explique cette résolution.  Aucun dirigeant de droite n’a toutefois officiellement retiré son soutien au candidat.

D’après ces mêmes sources, la direction du parti souhaite également « clarifier la situation » avec certains partis de centre droit dans les Balkans, ainsi que dans des pays non-membres de l’UE comme la Moldavie, la Géorgie et l’Ukraine.

En agissant ainsi, le PPE envoie un message indirect au conservateur français, insistent les sources.

Fillon, Le Pen et Macron planchent devant les patrons

Compétitivité, modèle social, enseignement, mondialisation… Une partie des candidats à la présidentielle ont « planché » ce 28 mars devant un parterre de chefs d’entreprise. Un article de notre partenaire, La Tribune.

Rien à voir avec Fillon

Interrogé par Euractiv pour savoir si la résolution faisait référence à un cas spécifique, le président du PPE, Joseph Daul, a répondu qu’elle était générale et ne faisait référence à personne.

Il a déclaré que le PPE, comme de nombreux autres partis politiques européens, n’était pas immunisé contre la corruption.

« Nous reconnaissons le problème, nous prenons nos responsabilités pour le résoudre », a-t-il ajouté, soulignant qu’un processus avait été lancé pour mettre en place un code d’éthique contraignant avec des conséquences claires pour ceux qui pourraient l’enfreindre.

En ce qui concerne François Fillon, il a déclaré que le système judiciaire français examinait l’affaire et a ajouté que d’autres pays avec une justice indépendante « se penchaient sur de tels cas ».

http://www.euractiv.fr/section/elections/news/la-mise-en-examen-de-fillon-ecartele-un-peu-plus-la-droite-francaise/

« J’ai confiance en le système judiciaire. J’étais dans tous les articles et cinq ans plus tard, rien n’a été trouvé sur moi. Cela a vraiment été dur pour moi et pour ma famille », a déclaré le politique français.

Il n’a toutefois pas le même avis sur les pays des Balkans et d’autres pays. « Quand il s’agit de corruption dans les Balkans ou d’autres pays, le système judiciaire n’est pas indépendant et il est donc impossible de s’attaquer à la corruption », a-t-il déclaré.

« C’est cela qui m’inquiète et inquiète le PPE. Nous ne devons pas avoir peur de nous attaquer à cette problématique. Ce n’est pas mon travail de pointer du doigt, mais nous devons faire preuve de plus de sévérité envers les pays qui n’ont pas un système judiciaire indépendant », a déclaré le chef de file du PPE.

« Le PPE déplore tout scandale de corruption à tous les niveaux des partis et nous devons nous assurer que les règles s’appliquent à tous de manière égale et que nos politiques font preuve de responsabilité envers leurs citoyens », a conclu Joseph Daul.

 

 

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.