Parcours du combattant pour les visas russes et chinois

Si vous planifiez de voyager en Russie ou en Chine pendant les vacances, vous serez sans doute surpris par la quantité de données personnelles à fournir pour votre demande de visa.

En Russie et en Chine, les demandes de visa ne sont pas une mince affaire. En effet, les procédures nécessitent énormément de données personnelles des voyageurs, notamment sur le revenu annuel, l’ancien et l’actuel employeur, les enfants ou encore les parents.

En d’autres termes, les demandeurs de visa pour la Russie ou la Chine doivent fournir des informations sur plusieurs autres personnes.

Du côté russe, les demandeurs doivent rédiger une liste des organisations gouvernementales et non gouvernementales pour lesquelles ils ont travaillé et doivent aussi dévoiler s’ils ont déjà été membres d’une organisation terroriste ou s’ils sont soupçonnés de crimes de guerre.

Les voyageurs doivent révéler s’ils ont déjà publiquement remis en cause le système constitutionnel ou l’intégrité territoriale de la Fédération de Russie. Si les demandeurs sont inscrits sur un réseau social, ils doivent également le faire savoir.

Aspect politique

Globalement, la procédure russe se concentre plus sur l’aspect politique que celle chinoise. Il y a aussi des questions liées à la consommation de drogues et au niveau de langue en russe.

Parmi cette multitude de questions, une s’avère être particulièrement coriace : nommer tous les pays visités ces dix dernières années. De son côté, la Chine est plus clémente et ne demande qu’une liste retraçant les cinq dernières années.

Le revenu annuel est demandé dans les deux cas, mais la Russie est bien plus intéressée par la situation financière des demandeurs. Moscou souhaite en effet savoir quelle somme d’argent les voyeurs pensent dépenser pendant leur séjour, en particulier pour la nourriture et le logement.

Il est possible de remplir la demande en ligne sur un site spécifique du département du Consulat du Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de la Russie. La Chine a créé un système semblable pour les États membres de l’UE qui est en place au Royaume-Uni, en Suède et en République tchèque depuis le mois de décembre. La demande de visa, qui était auparavant de quatre pages, comporte maintenant 13 pages avec bien plus de questions détaillées.

Procédure plus efficace

Le système est désormais appliqué dans 17 États membres de l’UE. Selon le centre chinois de demandes de visa, l’objectif de cette nouvelle procédure est de fournir un service plus efficace et rapide pour les voyageurs.

Les autorités chinoises cherchent à savoir si les demandeurs ont des proches en Chine et comment ils financeront l’éventuel voyage.

Par rapport à la demande russe, celle chinoise se focalise plutôt sur l’éducation et demande un programme extrêmement détaillé du voyage. L’itinéraire complet ainsi que le numéro de l’avion doivent y figurer.

Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré que l’UE était en pleines négociations avec la Chine pour faciliter la demande de visa pour un court séjour. « Dans ce cadre, les exigences en matière de pièces justificatives ont également abordé ».

Ce dernier a toutefois ajouté que le contenu de la demande de visa et le type de renseignements demandés relèvent de la compétence de l’administration du pays hôte.

 

 

 

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.