L’Allemagne favorable à la saisie d’actifs de la Banque centrale russe pour financer la reconstruction de l’Ukraine

« Je suis politiquement ouvert à l’idée de saisir les actifs étrangers de la banque centrale russe. Nous avons déjà cette discussion au sein du G7 et de l’UE, et des propositions sont sur la table », a déclaré M. Lindner dans une interview accordée à un groupe de médias européens le mardi 17 mai. [Clemes Bilan/EPA]

Le ministre allemand des Finances, Christian Lindner, a indiqué qu’il était favorable à l’idée de saisir les actifs étrangers détenus par la Banque centrale russe pour la reconstruction de l’Ukraine après la guerre.

Environ 300 milliards de dollars de réserves d’or et de devises russes ont été gelés à travers le monde jusqu’à présent, dont 100 milliards de dollars rien qu’aux États-Unis.

« Je suis politiquement ouvert à l’idée de saisir les actifs étrangers de la banque centrale russe. Nous avons déjà cette discussion au sein du G7 et de l’UE, et des propositions sont sur la table », a déclaré M. Lindner dans une interview accordée à un groupe de médias européens le mardi 17 mai.

« Pour les actifs privés, nous devons voir ce qui est possible juridiquement. Nous devons respecter l’État de droit, même si nous avons affaire à des oligarques russes », a-t-il ajouté.

La question de la confiscation des actifs de la banque centrale russe gagne en importance à l’approche de la réunion des ministres des Finances du G7, mercredi et jeudi (18-19 mai).

Les équipes spéciales de l’UE et des États-Unis ont confisqué un nombre croissant de yachts, de manoirs, de comptes bancaires, d’hélicoptères et d’œuvres d’art appartenant à des oligarques russes sanctionnés par l’Occident.

En avril, l’UE avait déjà saisi 30 milliards d’euros d’actifs privés liés à des personnes russes et biélorusses figurées sur liste noire. Toutefois, les avoirs gelés de la Banque centrale russe sont restés jusqu’à présent intacts.

L’idée d’utiliser les avoirs gelés pour la reconstruction de l’Ukraine a déjà été émise par plusieurs institutions européennes.

La semaine dernière, le Parlement européen a demandé à la Commission européenne d’utiliser les avoirs saisis pour le financement de l’armée ukrainienne et la reconstruction de l’Ukraine.

Des eurodéputés demandent que les actifs russes gelés servent à l'Ukraine

Soixante-treize eurodéputés ont demandé que 300 milliards de dollars de fonds et d’actifs russes saisis servent à financer l’armée ukrainienne et la reconstruction du pays, dans une lettre envoyée au diplomate en chef de l’UE, Josep Borrell.

Des appels similaires ont été lancés par le diplomate en chef de l’UE Josep Borrell ainsi que par le président du Conseil européen Charles Michel.

« Personnellement, je suis absolument convaincu qu’il est extrêmement important non seulement de geler les avoirs mais aussi de rendre possible leur saisie, de les rendre disponibles pour la reconstruction du pays (l’Ukraine) », a déclaré M. Michel à l’agence de presse Interfax-Ukraine le 5 mai.

La Commission européenne a publié début mai un plan de redressement d’après-guerre pour l’Ukraine. Selon les autorités ukrainiennes, environ 600 milliards de dollars sont nécessaires pour reconstruire le pays, ce qui explique pourquoi les responsables politiques transatlantiques ont les yeux rivés sur les 300 milliards de dollars d’actifs gelés de la Banque centrale russe.

Toutefois, cette idée n’est pas exempte de critiques.

La démarche visant à confisquer l’argent de la Banque centrale russe est « séduisante », mais aussi « inutile et peu judicieuse », ont fait valoir deux chercheurs principaux du think tank Bruegel, Nicolas Véron et Joshua Kirschenbaum, dans un billet de blog.

« Les réserves de la Banque de Russie sont de l’argent public, et donc tout à fait différent des avoirs gelés des Russes sanctionnés, bien que l’on puisse parfois les confondre », expliquent-ils.

En outre, cette mesure n’aiderait guère l’Ukraine et comporte « des risques inutiles pour la solidité et la stabilité du système financier international », ajoutent-ils.

Subscribe to our newsletters

Subscribe