Le Bélarus restreint les possibilités de quitter son territoire

Le président russe Vladimir Poutine et le président biélorusse Alexandre Loukachenko à Sotchi en Russie le 29 mai 2021. [SERGEI ILYIN/SPUTNIK/KREMLIN / P/EPA]

Le Bélarus a restreint les possibilités pour ses habitants de quitter le pays par voie terrestre, n’autorisant plus que les titulaires d’un permis de séjour permanent dans un État étranger tandis que l’opposition dénonce une « violation absolue » de la loi.

Dans un message publié mardi sur Telegram, le service biélorusse des gardes-frontières a indiqué que seuls « les citoyens en possession d’un document confirmant leur autorisation de séjour permanente dans un Etat étranger » ont le droit de quitter le Bélarus.

Il ajoute qu’un « permis de séjour temporaire (…) ne constitue pas un motif pour voyager à l’étranger ».

Le Bélarus avait mis en place en décembre 2020 des restrictions sur les voyages à l’étranger, officiellement dans le cadre de la pandémie de coronavirus. Quitter le pays par la route n’est dans tous les cas possible au maximum qu’une fois tous les six mois.

« Le régime de Loukachenko a sévèrement limité le droit des Biélorusses à voyager, affirmant que certains motifs ne sont pas suffisants pour quitter le Biélorusse », a commenté sur Twitter Valéri Kovalevsky, le conseiller aux affaires étrangères de la principale opposante Svetlana Tikhanovskaïa.

« Pourtant, la Constitution ne prévoit aucune condition », a-t-il ajouté, dénonçant une « violation absolue de la loi ».

L'Otan restreint l'accès de son siège aux diplomates du Bélarus

Le Bélarus a contraint le 23 mai un avion de la compagnie Ryanair en provenance d’Athènes et à destination de Vilnius à se dérouter pour se poser à Minsk, arguant d’une alerte à la bombe.

Les voyages par voie aérienne restent libres, mais les destinations possibles sont limitées depuis que l’Union européenne a interdit son espace aérien aux avions biélorusses, en réaction à l’arrestation d’un opposant à l’aéroport de Minsk après le déroutage de l’avion de ligne dans lequel il se trouvait.

Plusieurs dizaines de Biélorusses ont fui leur pays ces derniers mois, parfois en traversant illégalement la frontière, pour échapper à la vague de répression sanglante depuis la réélection contestée du président Alexandre Loukachenko en août 2020.

La Lituanie voisine est notamment venue au secours de ces réfugiés, leur accordant des visas de six mois leur permettant de régulariser leur statut dans ce pays.

Les émissions explosent alors que les compagnies aériennes évitent l'espace aérien du Belarus

Les détours empruntés par les compagnies aériennes pour éviter de pénétrer dans l’espace aérien du Belarus à la suite de l’atterrissage forcé d’un avion de Ryanair sont responsables d’environ 250 000 kg supplémentaires d’émissions de CO2 par jour.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer