Les déchets nucléaires allemands resteront finalement en France

L’accord prévoit également une compensation financière pour la France et le stockage de 30 conteneurs vides également en Allemagne, ce qui rendrait les niveaux de radioactivité égaux. [Zoltan Acs/Shutterstock]

Après des années d’échanges, l’Allemagne et la France ont convenu que 152 conteneurs de déchets nucléaires allemands seraient traités à La Hague, dans le nord-ouest de la France, tandis que seuls trois à cinq conteneurs retourneraient en Allemagne, le pays étant contractuellement tenu de reprendre ses déchets nucléaires retraités à l’étranger, rapporte le journal FAZ.

Selon un document d’information conjoint des ministères de l’Économie et de l’Environnement, trois à cinq fûts contenant des déchets nucléaires hautement radioactifs doivent être renvoyés de La Hague, en France, vers le centre de stockage provisoire de Philippsburg, dans le Bade-Wurtemberg, d’ici à 2024.

L’accord prévoit également une compensation financière pour la France et le stockage de 30 conteneurs vides également en Allemagne, ce qui rendrait les niveaux de radioactivité égaux. Le montant de la compensation à verser n’est toutefois pas clair. Le processus a été très long à finaliser en raison de « difficultés techniques », ont expliqué les ministères.

« Le gouvernement doit faire preuve de transparence en ce qui concerne le paiement des compensations et les effets sur le stockage provisoire et définitif des déchets nucléaires », a déclaré la députée verte Sylvia Kotting-Uhl à l’agence DPA mercredi (9 juin).

L’Allemagne est également tenue de reprendre les déchets nucléaires actuellement stockés à Sellafield, au Royaume-Uni.

Le nucléaire est confronté à "beaucoup d'incertitudes" à l'approche de l'évaluation environnementale de l'UE

L’industrie est de plus en plus nerveuse face aux projets de la Commission européenne visant à évaluer la sécurité de la manipulation des déchets radioactifs. En effet, un rapport d’experts est attendu le mois prochain sur la manière de classer …

Subscribe to our newsletters

Subscribe