MSF appelle l’Italie à relâcher son navire d’assistance aux migrants

Les garde-côtes italiens estiment de leur côté que le Geo Barents, qui a récemment secouru 410 migrants tentant de traverser la Méditerranée, met à risque la sécurité de l'équipage et de ses passagers car il ne compte notamment des équipements de sauvetage que pour 83 personnes. [Alessio Tricani/Shutterstock]

L’ONG Médecins sans Frontières (MSF) a appelé lundi l’Italie à relâcher son navire de secours aux migrants immobilisé durant le week-end, affirmant que des infractions reprochées au bateau ne sont qu’un prétexte pour interrompre ses activités.

« Suite à une inspection de 14 heures vendredi dans le port d’Augusta, en Sicile, le navire de recherche et de sauvetage en mer de MSF, le Geo Barents, a été immobilisé après que 22 défaillances ont été identifiées, dont 10 ont motivé l’immobilisation du navire », a expliqué l’ONG dans un communiqué.

MSF, tout en se disant « prête à réaliser tous les ajustements nécessaires, estime que « cette inspection représente d’abord une opportunité de stopper les opérations de secours sous couvert de procédures administratives ».

« Bien que légitimes, ces contrôles portuaires sont aujourd’hui instrumentalisés par les autorités étatiques pour cibler les navires des ONG et empêcher les opérations de secours. Il s’agit là de motivations purement politiques », a dénoncé Duccio Staderini, représentant MSF pour la Recherche et le Sauvetage en mer (SAR), cité par le communiqué.

« Pendant que les navires d’ONG humanitaires sont détenus, des vies continuent d’être inutilement perdues en Méditerranée », a-t-il déploré.

Les présidents italien et français se sont rencontrés pour discuter des migrations

Le président italien Sergio Mattarella a rencontré son homologue français Emmanuel Macron lundi (5 juillet) à Paris où ils ont abordé le sujet de la migration. M. Mattarella a commenté : « En Italie, quelqu’un a l’illusion qu’il est possible de mettre le panneau d’interdiction d’entrée depuis l’Afrique. »

Les garde-côtes italiens estiment de leur côté que le Geo Barents, qui a récemment secouru 410 migrants tentant de traverser la Méditerranée, met à risque la sécurité de l’équipage et de ses passagers car il ne compte notamment des équipements de sauvetage que pour 83 personnes.

Selon MSF, depuis 2019, les autorités italiennes ont effectué 16 contrôles sur des navires de sauvetage d’ONG, conduisant à 13 reprises à des détentions administratives.

Un navire de l’ONG espagnole Open Arms avait été relâché le mois dernier après avoir été immobilisé plus de deux mois en Sicile.

Les garde-côtes ont indiqué samedi avoir inspecté depuis le 1er janvier 2021 681 navires étrangers de passage dans des ports italiens, dont 55 ont fait l’objet d’une immobilisation, ajoutant que le Geo Barents serait relâché une fois les problèmes résolus.

« MSF va soumettre un plan d’action pour remédier rapidement aux carences signalées par les autorités italiennes, et demande la levée immédiate de l’ordre d’immobilisation du navire conformément aux procédures applicables », a-t-elle annoncé.

Depuis début 2021, près de 700 personnes sont mortes en essayant de traverser la Méditerranée pour gagner l’Europe à partir des côtes africaines, les ONG accusant l’Union européenne et l’Italie, en première ligne, de ne pas faire assez pour secourir les migrants.

L'Ocean Viking porte secours à 203 personnes en quelques jours en Méditerranée

En cinq opérations depuis jeudi, l’Ocean Viking a donc secouru 203 personnes en tout, dont 67 mineurs – 49 voyageant seuls -, selon une porte-parole de SOS Méditerranée.

Subscribe to our newsletters

Subscribe