OCDE : la candidate grecque se retire de la course

L'ancienne commissaire et ministre grecque Anna Diamantopoulou (droite) a annoncé se retirer de la course pour le poste de secrétaire générale de l'OCDE [EPA/ALKIS KONSTANTINIDIS]

L’ancienne ministre grecque et commissaire européenne Anna Diamantopoulou a annoncé lundi sur les réseaux sociaux qu’elle retirait sa candidature dans la course au poste de secrétaire général de l’OCDE. L’institution annoncera les finalistes pour le poste mardi.

Selon le propre tweet d’Anna Diamantopoulou, elle a décidé de s’asseoir au banc de touche lors de la phase finale « afin de faciliter le consensus dans le processus de sélection ». Sur Facebook, l’ancienne ministre a déclaré qu’elle voulait aider l’un des deux derniers candidats – qui, selon elle, serait australien et suédois – à obtenir une majorité plus claire.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a tweeté ses plus chaleureuses félicitations « pour une campagne vraiment inspirante et un grand merci aux pays membres qui ont soutenu sa candidature. Face aux grands défis auxquels nous sommes tous confrontés, la Grèce reste attachée à une coopération toujours plus étroite dans le cadre de l’OCDE ».

Mme Diamantopoulou a noté que sa campagne, avec le soutien des Grecs du monde entier et de nombreux pays membres, a atteint la troisième place sans qu’elle ait d’alliés évidents. En présentant un programme axé sur le multilatéralisme et la coopération, Mme Diamantopoulou a déclaré qu’elle considérait ce soutien interpartis comme une victoire nationale.

[édité par Mathieu Pollet]

OCDE : l'élection du prochain secrétaire général est-elle jouée d'avance ?

Alors que l’OCDE doit choisir son nouveau secrétaire général, les dés sont-ils déjà jetés ? Des sources proches des discussions se sont inquiétées auprès d’EURACTIV d’un « manque de transparence » et d’un processus qui pourrait favoriser le candidat australien Mathias Cormann.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer